Croissance supérieure aux attentes pour Partners Group en 2018

AWP

1 minutes de lecture

Le bénéfice net a également progressé, ce qui incite le conseil d’administration à fortement relever le dividende. Accueil mitigé à la bourse.

Le gestionnaire d’actifs Partners Group a connu une forte croissance en 2018, avec des commissions de gestion ayant franchi la barre du milliard de francs. La rentabilité et le bénéfice net ont progressé, ce qui incite le conseil d’administration à fortement relever le dividende. Ces chiffres, pourtant supérieurs aux attentes, ont été accueillis tièdement.

Le bénéfice net s’est élevé à 769 millions de francs, en hausse de 2% sur un, indique mardi le spécialiste zougois en capital-investissement. Des effets de change négatifs ont limité les effets de la performance opérationnelle sur la profitabilité du groupe.

Le résultat brut d’exploitation (Ebitda) a gonflé de 7% à 882 millions de francs.

Les recettes globales ont connu la même progression (+7%) à 1,33 milliard de francs. Les commissions de gestion se sont envolées de 15%, se hissant au milliard de francs. Celles-ci devraient rester à terme la principale source de revenus de Partners Group, représentant 70% à 80% de l’ensemble. Les commissions liées à la performance ont chuté de 13% à 324 millions.

Les marges se sont affaissées aussi bien pour les commissions de gestion que pour celles de performances, à respectivement à 1,29% (1,33% en 2017) et 1,71% (1,89%).

«Au cours de cette année de transition entre différents produits phares, nos clients ont continué à percevoir les bénéfices de nos stratégies d’investissement, comme le démontre le niveau d’apports d’argent», indique André Frei, codirecteur général, cité dans le communiqué.

L’assemblée générale du 15 mai devra se prononcer sur un dividende relevé de 3 francs (+16%) à 22 francs par action, précise le communiqué.

Les recettes, l’Ebitda et le dividende décoiffent les prévisions du consensus AWP. Le bénéfice net est dans la cible.

Rythme de recrutement maintenu

Malgré des indicateurs en nette hausse et globalement supérieurs aux attentes, les analystes ne s’en laissaient pas compter. Morgan Stanley pointe du doigt un deuxième semestre mitigé pour Partners Group.

Le niveau des commissions de performance figurent parmi les surprises mises en exergue par la grande banque américaine. Les marchés ont été certes moins porteurs au 4e trimestre, mais les résultats des concurrents se sont révélés meilleurs, affirment les analystes. Les commissions de gestion et la bonne rentabilité ont permis de dissimuler cette ombre au tableau.

Les investisseurs semblaient partager cet avis. A 12h45, le titre Partners Group sombrait de 3,4% à 709,50 francs. Le SLI prenait 0,72%.

Mi-janvier, Partners Group avait publié l’état de sa masse sous gestion au terme de l’exercice 2018, en forte hausse de 18% à 72,8 milliards d’euros. Les entrées nettes d’argent ont atteint 13,3 milliards d’euros, le même montant qu’en 2017.

Pour l’année en cours, le groupe zougois confirme l’objectif d’apports de fonds dans la fourchette de 13 à 16 milliards.

Partners Group devrait maintenir la cadence en termes de recrutement cette année. La croissance des effectifs sera similaire à celle de 2018, a indiqué mardi le codirecteur général André Frei en conférence de presse. En tout, 100 à 150 employés devraient être engagés d’ici la fin de l’année.

La marge opérationnelle brute (Ebitda) est restée stable en 2018, mais devrait reculer à 60% au cours des cinq prochaines années, a expliqué pour sa part le directeur financier Philip Sauer. Cette contraction attendue s’explique principalement par les effets de change.

A lire aussi...