Partners Group dépasse à nouveau les attentes en 2018

AWP

1 minutes de lecture

A fin décembre, les actifs sous gestion s'affichaient en progression de 18% sur un an. La demande clientèle brute s’est fixée à 13,3 milliards d’euros. Le titre gagne 2,4%.

La lancée positive se poursuit pour le gestionnaire d’actifs Partners Group. Le spécialiste zougois du capital-investissement a connu l’année dernière une croissance solide des volumes et dépassé largement les attentes.

A fin décembre, les actifs sous gestion s’élevaient à 72,8 milliards d’euros (81,1 milliards de francs), en progression de 18% sur un an, indique mardi Partners Group. La moitié de cet argent était investie dans des actions d’entreprises non cotées (49%), soit 36 milliards. La dette privée (21%), l’immobilier (17%) et l’infrastructure (13%) suivaient.

L’appréciation du dollar face à l’euro s’est révélée positive pour le groupe zougois, dont 36% de la masse sous gestion est libellée en billet vert. Ces fluctuations de change ont contribué positivement aux volumes à hauteur de 1,1 milliard d’euros, ce à quoi il faut ajouter un apport de 1,3 milliard généré par la performance.

Les effets liés aux programmes arrivés à maturité («tail down») et les reflux de capitaux ont causé une contraction de 4,8 milliards des actifs administrés, un montant légèrement supérieur à la cible de 4,5 milliards.

En prenant tout cela en considération, les actifs sous gestion ont crû de 10,9 milliards sur un an, détaille le communiqué.

La demande clientèle brute s’est fixée en 2018 à 13,3 milliards d’euros, dans le haut de la fourchette des objectifs de la direction (11-14 milliards). Dans son communiqué, Partners Group parle de demande équilibrée, entre programme d’investissements et mandats, répartie sur un large éventail d’offres et couvrant l’ensemble des classes d’actifs.

Peu de transactions retenues

Ces chiffres décoiffent les prévisions des analystes sollicités par AWP, tout particulièrement pour la masse sous gestion, attendue entre 66,9 et 70,7 milliards.

En 2018, la société basée à Baar a investi 19,3 milliards de dollars (18,6 milliards de francs) pour le compte de ses clients. En tout, 78 transactions ont été réalisées sur quelque 2800 opérations analysées.

«A ce stade avancé du cycle économique, nous nous concentrons sur les entreprises et les actifs bien positionnés pour résister à divers scénarios économiques alternatifs», précise l’associé David Layton, co-directeur général, cité dans le communiqué.

Pour l’exercice en cours, le gestionnaire d’actifs table sur une demande clientèle entre 13 et 16 milliards d’euros.

La croissance des volumes sera accompagnée d’un effort de recrutement. L’effectif total devrait atteindre 1500 personnes, contre 1200 actuellement, a expliqué mardi André Frei, associé et co-directeur général, lors d’une conférence téléphonique.

Les effets «tail down» devraient se situer dans la fourchette 6,5-7,5 milliards d’euros pour l’exercice en cours, contre 4,8 milliards l’année dernière. En 2020, cet impact négatif devrait être «modéré», selon M. Frei.

Partners Group publiera le 19 mars ses états financiers complets pour l’année 2018.

Les analystes se montraient convaincus par ces chiffres qualifiés de «solides», sans toutefois verser dans la dithyrambe. Partners Group restera immunisé aux tumultes des marchés financiers, tant que la crise structurelle épargnera le domaine du capital-investissement, affirme la Banque cantonale de Zurich.

Pour Baader Helvea, les prévision des effets «tail down» pour 2019 constituent la seule ombre au tableau.

A la Bourse, l’action Partners Group a fini sur un gain de 2,4% à 644,00 francs, dans un SLI en hausse de 0,55%.

A lire aussi...