BC de Fribourg: bénéfice stable grâce à une charge fiscale réduite

AWP

1 minutes de lecture

Au premier semestre, le profit net de la Banque cantonale de Fribourg fléchit de 0,5% à 72,5 millions.

La Banque cantonale de Fribourg (BCF) a pâti lors des six premiers mois de l’année d’une contraction des recettes causée par la crise du coronavirus. La rentabilité de la banque a souffert, mais le bénéfice net est resté stable grâce à une charge fiscale fortement réduite.

Coeur de métier de la BCF, les opérations sur intérêts ont permis de maintenir le résultat net, malgré une augmentation des correctifs de valeur destinés à couvrir la défaillance clientèle. Le produit de cette activité a égaré 0,3% sur un an à 115,7 millions de francs, indique la banque jeudi.

L’établissement cantonal rappelle avoir participé au programme de soutien à l’économie de la Confédération, mais ne fournit aucun chiffre relatif aux crédits COVID octroyés aux entreprises. Sur les six premiers mois de l’année, les créances à la clientèle ont gonflé de 4,9% à 3,27 milliards de francs.

La plus forte baisse est à mettre sur le compte des activités de négoce, dont les recettes ont plongé d’un quart (-26%) en rythme annuel à 3,8 millions de francs. La chute est imputable au ralentissement des opérations de change résultant de la baisse des activités touristiques. Les revenus tirés des activités de gestion sont restées stables à 15,4 millions.

Le produit d’exploitation présente une baisse de 1,6% à 137,3 millions de francs. Parallèlement, les charges ont pris de l’embonpoint (+4,1% à 49,6 millions). La BCF affirme cependant que cette hausse était inscrite au budget, sans donner davantage de précisions.

En conséquence, le résultat opérationnel accuse un recul de 7,6% à 81,4 millions de francs. Cette contraction a allégé la charge fiscale de la banque, qui a dégagé un bénéfice net semestriel de 72,5 millions (-0,5%).

Entre janvier et juin, la somme au bilan s’est enrobée de 7,8% à 26,56 milliards, dont 16,72 milliards (+2,9%) de créances hypothécaires et 15,19 milliards de dépôts clientèle.

Dans son communiqué, l’établissement cantonal souligne que les incertitudes liées à la crise sanitaire et à son impact sur l’économie pourraient avoir des répercussions sur le résultat du second semestre. Aucune prévision chiffrée n’est fournie.

A lire aussi...