Banque Profil de Gestion: charges réduites au premier trimestre

Communiqué, Banque Profil de Gestion

1 minutes de lecture

Les comptes au 31 mars 2020 affichent un résultat consolidé négatif net de 426'022 francs, contre 515’572 francs au 31 mars 2019.

La Banque Profil de Gestion SA a communiqué aujourd’hui ses résultats consolidés pour le premier trimestre 2020.

La banque présente un résultat consolidé négatif net de 426'022 francs, après prise en compte des produits extraordinaires et des impôts au 31 mars 2020, contre un résultat net négatif de 515’572 francs au 31 mars 2019.

Le total des revenus provenant des opérations d’intérêts, des commissions et des prestations de service, ainsi que les opérations de négoce, se sont élevés à 2,9 millions de francs au 31 mars 2020 contre 3,1 millions au 31 mars 2019. Cette baisse est essentiellement due à la situation des marchés suite au COVID-19.

Le résultat des opérations de commissions et de prestation de service a diminué de KCHF 43, le résultat des opérations de négoce a diminué de KCHF 23 et le résultat des opérations d’intérêts a diminué de KCHF 147.

Les charges d’exploitation sont en baisse passant de 3,4 millions de francs au premier trimestre 2019 à 3,1 millions pour le premier trimestre 2020.

Les amortissements ont diminué de KCHF 12.

La Banque présente un résultat opérationnel négatif de 370'155 francs pour les trois premiers mois de l’année 2020 contre un résultat opérationnel négatif de 467'069 francs au 31 mars 2019.

Le total du bilan est en hausse et s’inscrit à 288,9 millions de francs au 31 mars 2020 contre 270,1 millions au 31 décembre 2019.

Au 31 mars 2020 la fortune brute de la Banque Profil de Gestion s’élève à 2,6 milliards de francs contre 2,9 milliards au 31 décembre 2019, soit une diminution des masses sous gestion de 334 millions durant le 1er trimestre 2020, essentiellement due à la variation du marché.

Les fonds propres de la Banque Profil de Gestion SA s’élèvent à 56 millions de francs et le ratio Tier 1 est de 54,4% au 31 mars 2020.

A lire aussi...