Banco Santander: bénéfice trimestriel plombé par l’Europe

AWP

1 minutes de lecture

La banque espagnole attribue ce repli à une perte provenant de la vente d’actifs immobiliers en Espagne et à des coûts de restructuration au Royaume-Uni et en Pologne.

Banco Santander, première banque de la zone euro en valeur boursière, a publié mardi un bénéfice net de 1,84 milliard d’euros (2,1 milliards de francs) au premier trimestre, en baisse d’environ 10% sur un an, mais conforme aux prévisions des analystes.

La banque espagnole attribue notamment ce repli à une perte provenant de la vente d’actifs immobiliers en Espagne et à des coûts de restructuration au Royaume-Uni et en Pologne.

C’est surtout l’Europe, où Santander dégage 48% de son bénéfice, qui provoque ce recul.

La présidente de la banque Ana Botin, citée dans le communiqué, reconnaît «un contexte opératif difficile, surtout au Royaume-Uni et en Europe».

Il recule de 11% en Espagne et de 36% au Royaume-Uni, respectivement ses deuxième et quatrième marchés.

En Espagne, Santander l’attribue notamment à la réduction de ses activités de marché.

Au Royaume-Uni, la banque qui compte fermer une agence sur cinq a subi des coûts de restructuration, ainsi que «la plus forte concurrence, les incertitudes du marché et les coûts en projets et technologie».

Sur le continent américain, Santander se porte bien mieux.

La banque se félicite d’une augmentation de ses volumes de crédits et de dépôts, «principalement dans les pays émergents», qui ont fait progresser son produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires, de 2,7% à 8,68 milliards d’euros (9,89 milliards de francs).

Son bénéfice net grimpe de 7% au Brésil, son premier marché mondial, de 18% au Mexique, où Santander a annoncé son intention de renforcer sa présence en rachetant des parts de sa filiale, et de 35% aux Etats-Unis.

En Argentine, où l’économie pâtit d’une inflation galopante, elle a obtenu une plus-value de 150 millions d’euros grâce à la vente d’une participation, qui compense une chute de 84% de son bénéfice ordinaire.

Au total, Santander compte 144 millions de clients à travers le monde.

Elle se félicite de l’augmentation du nombre de ses clients numériques à 33,9 millions, alors que la digitalisation est l’une de ses principales perspectives d’expansion.

Lundi, elle a ainsi annoncé s’allier à Microsoft pour développer les services financiers utilisant le «cloud» (informatique en nuage).

Les indicateurs mesurant sa solidité financière, particulièrement scrutés par les analystes, s’améliorent légèrement.

Le taux de créances douteuses s’établit à 3,62%, contre 3,73% au trimestre précédent, et le taux de fonds propres durs (CET1 fully loaded) à 11,25% contre 11,30% fin décembre.

A lire aussi...