Mieux vaut prévenir que guérir – Week Ahead de Allianz GI

Hans-Jörg Naumer, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Les données économiques étaient plutôt encourageantes. Le PMI manufacturier japonais a fortement augmenté en avril, tout comme le nombre d'offres d'emploi aux États-Uni.

Dès le début de la semaine dernière, le président des États-Unis, Donald Trump, a anéanti tout «accord» imminent dans le différend commercial avec la Chine, avec l'un de ses célèbres tweets. Ce n’était pas une surprise totale: alors que les négociateurs semblaient se diriger vers une poignée de main dans un avenir proche, le conflit est évidemment profondément enraciné et de nouvelles tensions étaient probables. En outre, l’Iran a menacé de relancer son programme d’enrichissement d’uranium. Ces événements ont accru l'aversion pour le risque et pesé sur les actions.

Dans le même temps, les données économiques étaient plutôt encourageantes. Le PMI manufacturier japonais (Purchasing Manager Index) a fortement augmenté en avril, le nombre d'offres d'emploi aux États-Unis a encore augmenté après le fléchissement de février, et la production industrielle allemande, tirée par l'activité de construction, indiquait une croissance positive au premier trimestre de 2019. En fait , La production industrielle allemande a augmenté de 0,5% en mars et a propulsé la moyenne glissante des trois derniers mois en territoire positif. Dans le même temps, les prises de commandes industrielles restent décevantes.

Les prix du pétrole ont commencé à baisser après avoir augmenté de c. 35% depuis le début de l'année. Depuis l'automne 2018, les spéculations sur les ruptures d'approvisionnement dues aux sanctions américaines contre l'Iran et aux problèmes politiques au Venezuela ont entraîné la hausse des prix du pétrole. Cependant, il semble que la production élevée et les stocks élevés des États-Unis compensent ces effets, malgré une discipline de production de l'OPEP relativement élevée. Tout comme les autres prix des produits de base (en particulier ceux du cuivre et du minerai de fer), les prix du pétrole ont été soutenus par la reprise cyclique en Chine. La reprise des discussions sur un accord commercial avec les États-Unis a récemment atténué les attentes et pesé sur les prix.

La semaine prochaine, nous aurons d’abord l’indice japonais des indicateurs avancés lundi, puis l’indice des anticipations ZEW pour la zone euro. Mercredi, les chiffres de la production industrielle chinoise, la première estimation du PIB pour l'Allemagne, la deuxième estimation pour l'ensemble de la zone euro et les ventes au détail américaines seront publiés. Et jeudi, les réclamations initiales des États-Unis et l'indice de Philly Fed seront à l'honneur.

La saison de reportage des États-Unis s'achève lentement. Plus de 80% des sociétés du S&P 500 ont publié leurs données. Comme d'habitude, les surprises positives ont prédominé, même si les attentes avaient été très modérées. Les orientations pour 2019 sont toujours prudentes, mais elles s'améliorent provisoirement. En Europe, la saison de reportage est passée. Alors que certains résultats étaient assez encourageants, d’autres moins favorables. Les entreprises de technologie et de logiciels en particulier se sont très bien débrouillées, alors que les entreprises de l’industrie automobile en ont souffert. Dans le contexte de données de sortie plus faibles, l'évolution est toujours saine. Les orientations sont éclipsées par les risques géopolitiques et macroéconomiques.

À l'approche de la fin de la saison des rapports et des grandes surprises économiques improbables, la géopolitique jouera à nouveau un rôle plus important pour les marchés des capitaux. Le tweet du président Trump doit être replacé dans son contexte: le différend commercial ne se limite pas aux taxes à l’importation et à la balance des comptes courants. Au fond, c'est un conflit de prédominance mondiale. Cette question restera à l'ordre du jour pendant un certain temps. Pour le moment, les participants au marché des capitaux sont redevenus plus prudents. Heureusement, les indices de force relative des principaux marchés boursiers laissent présager une situation de survente, ce qui signifie qu'il n'y a pas de pression de vente importante. Pourtant, mieux vaut prévenir que guérir. Notre «indicateur d’exubérance», qui décrit la relation entre le ratio P / E du S & P 500 et la volatilité, montre que les marchés ont de nouveau perdu contact avec la réalité.

Garder les pieds sur terre!