L’art du deal et le mot «R» - Week Ahead de Allianz Global Investors

Ann-Katrin Petersen, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Le président Donald Trump traite actuellement de plusieurs questions de politique commerciale, et les résultats pourraient être différents.

Cette semaine, M. Trump a encore une fois semblé optimiste quant aux négociations commerciales avec la Chine. Les participants au marché espèrent que le conflit bilatéral sera bientôt résolu.

Dans le même temps, la menace d'une guerre commerciale avec l'Union européenne (UE) est de nouveau à l'ordre du jour. Selon le rapport du département du Commerce américain publié dimanche dernier, les importations de voitures constituent un «risque pour la sécurité nationale». Le président a maintenant jusqu'à la mi-mai pour décider d'augmenter les droits de douane sur les voitures à 25%. Rappelez-vous que le tarif actuel sur les voitures européennes exportées aux États-Unis n’est que de 2,5%. Les voitures européennes deviendraient certainement moins compétitives.

Qu'est-ce que les investisseurs devraient avoir à l'écran dans le conflit commercial de l'UE?

Selon toute probabilité, nous aurons des réactions plus graves de Washington et de Bruxelles dans les prochaines semaines, notamment des menaces de représailles. Il est tout à fait possible que le président Trump essaie d'utiliser les tarifs automobiles comme moyen de convaincre l'UE de faire des concessions dans le cadre des négociations en cours sur les produits industriels non automobiles. Cependant, la modération de la croissance économique des deux côtés de l’étang et le fait que l’Europe ne soit pas considérée comme une menace stratégique (contrairement à la Chine) suggèrent qu’une escalade majeure du conflit commercial n’est pas une fatalité. La prochaine réunion des négociateurs est prévue pour début mars.

La hausse des droits de douane américains sur les importations de voitures pèserait lourdement sur une économie européenne fortement axée sur les exportations, les entreprises étant fortement intégrées aux chaînes de valeur mondiales où plus de 10% des exportations de voitures vont aux États-Unis. En outre, des effets de second tour sont probables. Alors que l'incertitude persiste, les entreprises peuvent devenir plus prudentes en matière d'investissement et les consommateurs retardent leurs achats. En bref, le mot «R» reviendrait: les risques de récession augmenteraient.

Dans le même temps, l'Europe n'a que peu de marge de manoeuvre pour assouplir ses politiques monétaire et budgétaire en réponse aux effets économiques des décisions de politique commerciale. Après tout, la politique monétaire ne fait que commencer à se normaliser et de nombreux gouvernements européens sont fortement endettés.

Aux États-Unis, où la Réserve fédérale américaine (Fed) a déjà relevé ses taux neuf fois, le compte rendu de la réunion de mercredi a confirmé que la Fed prendrait son temps pour augmenter les taux et faire preuve de plus de souplesse quant à la normalisation du bilan (en termes de taille et de composition). En d'autres termes: la Fed pourrait réduire son portefeuille d'obligations d'État et de MBS plus lentement et ainsi siphonner moins de liquidités sur les marchés.

Globalement, nous nous en tenons à nos vues dominantes:

  1. Les risques politiques garderont les marchés sous leur emprise et entraîneront une volatilité accrue.
  2. À mesure que le cycle économique évolue, l'économie mondiale est confrontée à un ralentissement de la croissance à court terme, mais aucun signe de récession imminente.
  3. Bien que les banques centrales fassent preuve de plus de prudence, elles ne se détourneront pas encore de leur cours de normalisation compte tenu du resserrement des marchés du travail et des écarts de production positifs.

Au cours de la semaine à venir, l'accent sera mis sur les événements suivants:

Aux Etats-Unis, les investisseurs seront attentifs au déflateur du PCE vendredi, mesure privilégiée par la Fed en matière d’inflation. Malgré la modération attendue de la croissance, nous pensons que la fermeté du marché du travail américain entraînera une croissance plus forte des salaires et une nouvelle accélération de la hausse de l'inflation de base (et pas seulement aux États-Unis).

Au Royaume-Uni, la politique sera à l'honneur. À peu près un mois avant le Brexit, les incertitudes demeurent, et on ne sait pas encore si le Parlement votera à nouveau sur l'accord de retrait mercredi prochain. La ratification dépendra de la capacité de la première ministre, Theresa May, à obtenir des concessions sur le dossier irlandais à Bruxelles. À l'approche du 29 mars, la probabilité que la période de négociation soit prolongée augmente afin d'éviter un Brexit sans transaction.

Une Fed plus «patiente» et des mesures de relance supplémentaires en Chine ont apaisé le sentiment des marchés financiers, mais pourraient ne pas suffire à moyen terme pour contrebalancer une croissance économique et des bénéfices mondiale plus faible, surtout si les tensions commerciales persistent.

Nous pensons que, à l'approche d'un cycle de fin de cycle où le potentiel de rendement du marché («bêta») est plus modéré que durant la décennie écoulée, associé à une volatilité accrue, une allocation d'actifs active et une sélection de titres vont probablement devenir de plus en plus importantes pour les investisseurs.

La gestion active n'est-elle pas aussi un art?