Trop beau pour être vrai? – Week Ahead de Allianz GI

Stefan Scheurer, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

L'appétit pour le risque semble revenir: les écarts des obligations de sociétés ont continué de se resserrer aux États-Unis et en Europe.

Les données récentes sur le marché du travail aux États-Unis, en particulier la création d'emplois, et l'indice PMI manufacturier ISM ont stimulé l'optimisme. Les deux séries ont été considérablement meilleures que prévu, malgré la plus longue fermeture gouvernementale de l'histoire des États-Unis. À propos, selon les calculs récents du Congressional Budget Office, la fermeture affectera l'économie américaine beaucoup moins que prévu initialement et ne réduira que de 0,02% de la croissance du PIB réel en 2019. De plus, le président Trump affirme que les négociations commerciales avec la Chine progressent très bien et que les bénéfices des entreprises américaines au quatrième trimestre ont été meilleurs que prévu en raison du ralentissement de la croissance et de l'impact négatif du conflit commercial en cours. En fait, plus de 70% des sociétés déclarantes ont dépassé les attentes des analystes (au 4 février).

Les taux de croissance aux États-Unis (au moins actuellement) sont-ils trop bons pour être vrais? Ou les investisseurs ont-ils déjà pris en compte les déceptions potentielles liées à la croissance ou à des développements spécifiques à une entreprise? L'appétit pour le risque est de retour: les écarts de rendement sur les obligations de sociétés ont continué de se rétrécir aux Etats-Unis et en Europe, les actions mondiales ont presque récupéré leurs pertes de décembre et, selon le fournisseur de données EPFR (Emerging Portfolio Fund Research, Inc.), la demande en obligations gouvernementales des marchés émergents a considérablement augmenté ces dernières semaines, les entrées de capitaux s'établissant à environ 9 milliards de dollars au total depuis le début de l'année. La décision sur les taux en Australie nous a donné une idée de la façon dont les banques centrales des marchés émergents réagiront probablement au revirement de la Fed. Plusieurs banques centrales d'Europe de l'Est ainsi que les banques centrales du Brésil, de l'Inde, du Mexique et de la Russie ont décidé de l'orientation future de leur politique monétaire.

Cependant, une certaine prudence s'impose:

  • Les données économiques mondiales ont connu la plus forte baisse en huit ans en janvier et se sont détériorées dans 11 des 12 derniers mois. Même si la croissance du PIB mondial est encore proche de son potentiel, les signaux d'alerte de fin de cycle sont devenus plus visibles.
  • Les Etats-Unis risquent d'être à nouveau fermés à partir du 15 février si les républicains et les démocrates ne parviennent pas à se mettre d'accord sur un budget.
  • Le 17 février, les États-Unis publieront probablement les résultats de leur enquête sur les droits de douane potentiels à l'importation de voitures en provenance de l'Union européenne.
  • S'il est possible que les États-Unis et la Chine se mettent d'accord sur un compromis commercial d'ici le 1er mars, les droits d'importation américains de 10 % sur les marchandises d'une valeur de 200 milliards de dollars pourraient rester en vigueur pour le moment.
  • Les incertitudes concernant un Brexit «no-deal» (la période de négociation s'achève le 29 mars) pèsent sur le climat manufacturier au Royaume-Uni; la sous-composante stocks a atteint un niveau record depuis l'introduction de l'indice.

Aux États-Unis, les données suivantes doivent être fournies au cours de la semaine civile suivante (même s'il peut y avoir des retards liés à l'arrêt de nombreux indicateurs):

  • L'inflation des prix à la consommation (prévue mercredi) pourrait ralentir quelque peu, en partie en raison de la baisse des prix du pétrole. En revanche, les hausses salariales pourraient commencer à influer sur l'inflation mesurée par l'indice de référence (également le mercredi). Dans ce contexte, les ventes au détail et l'indice préliminaire de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan seront également intéressants (les deux vendredi).
  • L'indice Empire State Manufacturing Index (vendredi), qui mesure le climat industriel dans l'État de New York, pourrait indiquer une reprise du sentiment, tout comme le récent PMI manufacturier ISM. De meilleurs chiffres de la production industrielle (vendredi) pourraient soutenir l'optimisme croissant.

En Europe, l'accent sera mis sur la production industrielle (prévue mercredi) et sur les chiffres préliminaires du PIB de la zone euro et du PIB allemand pour le quatrième trimestre, qui seront publiés jeudi. Les incertitudes persistantes liées à Brexit pourraient affecter les chiffres britanniques de la production industrielle (lundi), de l'immobilier et des prix à la consommation (mercredi), des ventes au détail (vendredi) et même la croissance préliminaire du PIB au quatrième trimestre (lundi). En Asie, les données commerciales chinoises (attendues jeudi) et les prix à la consommation (vendredi) seront à l'honneur une fois la nouvelle année passée. En outre, les investisseurs garderont un œil sur les données annualisées de la croissance japonaise (attendues jeudi).