C'est le moment pour un investissement durable AAA

Philippe G. Müller & Thomas Wacker, UBS

2 minutes de lecture

Les obligations des banques multilatérales de développement offrent une alternative sûre et attrayante aux obligations d'Etat.

Récemment, les marchés financiers sont redevenus plus volatils. Les actions et les obligations à risque ont abandonné une partie des gains enregistrés en début d'année. Le conflit commercial latent à l'échelle mondiale, le Brexit, les risques politiques en Italie et le manque de clarté quant à l'orientation de la politique de la Banque centrale européenne, après que son changement de présidence et de conseil de direction à venir prendront effet, rendent les prévisions économiques encore plus hasardeuses qu'à l'accoutumée. 

C'est typiquement le type de période où les investisseurs recherchent une protection. Au sein d'un portefeuille bien diversifié, les obligations assorties de la plus haute qualité de crédit, avec des durées de moyen à long terme, ont assuré des rendements sains en périodes de volatilité, comme ce fut à nouveau le cas cette année. 

Les obligations d'Etat de référence ne sont pas forcément
le meilleur choix pour la plupart des investisseurs.

Le Bund allemand à dix ans a rapporté 4,4% et une obligation d'Etat suisse similaire a affiché 2,6%, malgré un rendement à maturité en début d'année de -0,3%. Environ la moitié de cette performance a été réalisée en mai, lorsque les marchés des actions ont amorcé une correction. Malgré leurs faibles rendements actuels, les obligations à long terme de qualité élevée peuvent très bien se comporter si les marchés financiers viennent à intégrer un fort risque de récession dans leurs cours.

Une alternative aux obligations d’Etat

Quand bien même les corrections pourraient n'être que temporaires, elles rappellent à juste titre pourquoi il est recommandé d’allouer une part significative des portefeuilles multiactifs à des obligations de qualité supérieure. Mais les obligations d'Etat de référence, comme les Bunds allemands ou les bons du Trésor américain, ne sont pas forcément le meilleur choix pour la plupart des investisseurs.

Les BMD sont généralement garanties par de grands pays développés
et affichent une qualité de crédit autonome extrêmement élevée.

Les obligations des banques multilatérales de développement (BMD), qui soutiennent le développement économique, social et environnemental, essentiellement dans les pays émergents, grâce à leur expertise et à un financement de projets abordable, offrent une alternative attrayante. La Banque mondiale est la BMD la plus ancienne et la plus connue au monde. Plusieurs autres banques existent avec un mandat similaire, mais un rayon d'action plus régional.

Une option idéale pour les investisseurs conservateurs

Les BMD sont généralement garanties par de grands pays développés et affichent une qualité de crédit autonome extrêmement élevée. La plupart obtiennent régulièrement des notations AAA et sont considérées comme un élément central des portefeuilles d'investissement traditionnel et durable du même type.

Le rendement supplémentaire, supérieur à celui des obligations d'Etat de référence, que fournissent la plupart des obligations de BMD, est relativement stable sur la durée, ce qui en fait une option idéale pour les investisseurs conservateurs. 

Les obligations des principales BMD ont surperformé modestement les obligations d'Etat de référence de manière constante, cohérente et cumulative, laissant nettement derrière elles les obligations d'entreprises de notation supérieure lors des corrections du marché.

Choisir des actifs sûrs à long terme

Le présent cycle économique n'est certainement pas encore terminé. Il est conseillé aux investisseurs d'utiliser les phases de répit du marché pour réduire progressivement leurs expositions excessives aux actifs à risque vers une allocation d'actifs stratégique proportionnelle. Affecter les produits, ainsi que tout excès de liquidités, à des actifs sûrs à long terme tels que les obligations de BMD est également une approche judicieuse.