Zone euro: la croissance du secteur privé au plus bas depuis 2013

AWP

1 minutes de lecture

L’indice mensuel s’affiche à 50,7 points en janvier, contre 51,1 en décembre.

La croissance de l’activité privée dans la zone euro s’est rapprochée en janvier de la stagnation, son plus bas niveau depuis juillet 2013, selon la première estimation de l’indice PMI composite du cabinet Markit publiée jeudi.

L’indice mensuel s’affiche à 50,7 points en janvier, contre 51,1 en décembre. Lorsque le PMI est supérieur à 50 points, cela signifie que l’activité progresse, tandis qu’elle diminue s’il est inférieur à ce seuil.

Ce chiffre est inférieur à ce qu’attendaient les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur une légère expansion, à 51,4 points en janvier.

«Ces résultats très décevants sont conformes à une hausse du PIB d’à peine 0,1% au premier trimestre de l’année», souligne Chris Williamson, économiste chez Markit.

«Si les difficultés actuelles du secteur de l’automobile, les inquiétudes liées au Brexit, les guerres commerciales et les mouvements protestataires en France contribuent largement à ce nouvel affaiblissement de la conjoncture, les données de l’enquête témoignent de la cristallisation d’un malaise plus profond en ce début d’année 2019», ajoute-t-il.

Selon lui, «les entreprises s’inquiètent d’un risque d’aggravation du ralentissement économique général».

Il souligne également qu’en France, le mouvement protestataire des «gilets jaunes» a eu un fort impact sur l’activité.

«À défaut d’un regain de l’activité globale au cours des prochains mois, la France pourrait voir son PIB se replier au premier trimestre», prévient M. Williamson.