Le coronavirus plombe lourdement les attentes en mars

AWP

1 minutes de lecture

L’indicateur CS-CFA a reculé à -45,8 points en mars contre +7,7 points en février. La majorité des sondés s’est prononcée avant les mesures de restrictions annoncées par le Conseil fédéral.

La propagation du coronavirus assombrit fortement les attentes des analystes sondés par Credit Suisse. L’indicateur CS-CFA a chuté à son plus bas depuis le choc du franc en 2015. Les participants à l’enquête ont revu à la baisse leurs estimations de PIB et d’inflation à moyen terme en Suisse.

L’indicateur CS-CFA a reculé à -45,8 points en mars contre +7,7 points en février, relève mercredi l’établissement dans son communiqué mensuel. La majorité des sondés s’est prononcée avant les mesures de restrictions annoncées par le Conseil fédéral.

L’avancée du Covid-19 avait néanmoins déjà réduit à néant les attentes des analystes pour les six prochains mois, note le communiqué. Ils pensent que «l’impact de la pandémie sera durable sur la croissance à moyen terme en Suisse».

Les prévisions de PIB pour les trois à cinq prochaines années a chuté, depuis la dernière évaluation en décembre, de dix points de base à 1,2% par an. Plus que 38% des sondés, contre 50%, situent le taux de croissance entre 1 et 2%. Un taux de croissance annuel inférieur à 1% d’ici 2025 est plus réaliste, selon les interviewés.

L’inflation devrait ralentir, en raison de la chute du prix du pétrole et de la baisse de la consommation.

En tout, 80% des sondés tablent sur une hausse du chômage en Suisse. Ils s’attendent aussi à des effets négatifs sur les exportations, au vu des sombres perspectives concernant les grands partenaires que sont l’Allemagne et les Etats-Unis.

Les participants à l’enquête s’attendent par ailleurs à une baisse des taux d’intérêt à court et à long terme dans le monde.

L’étude a été menée entre le 9 et le 19 mars.

A lire aussi...