La banque Carige veut redevenir rentable en 2020

AWP

1 minutes de lecture

Le plan stratégique 2019-2023 prévoit la cession des crédits détériorés et la suppression de 1’050 emplois.

La banque italienne Carige, en grandes difficultés, a annoncé mercredi son intention de redevenir rentable à partir de 2020 grâce à plusieurs mesures, dont la suppression d’un quart de ses effectifs (1’050 postes) et une accélération de la cession des crédits détériorés.

Le plan stratégique 2019-2023 «comprend trois phases dont l’objectif est un assainissement en profondeur de la banque», indique le communiqué accompagnant la présentation de ce plan.

La première phase, «en 2019, prévoit la cession des crédits détériorés et le renforcement du patrimoine» à travers une augmentation de capital.

«A court terme, entre la fin de 2019 et début 2020, la banque prévoit l’équilibre des comptes et à moyen-long terme, entre 2020 et 2023, une profitabilité durable», a précisé la banque.

L’augmentation de capital s’élève à 630 millions d’euros, dont la majeure partie --400 millions-- correspond à la somme de l’augmentation de capital prévue en décembre et qui avait échoué, ainsi que 120 millions liée à l’accélération de la cession des crédits détériorés, des crédits ayant peu de chance d’être remboursés.

Fabio Innocenzi, l’un des trois administrateurs de la banque, a précisé devant la presse que Carige prévoyait aussi une réduction de ses coûts avec la fermeture de 100 filiales et le départ de 1’050 employés sur les quelque 4’000 travaillant actuellement pour la banque.

Carige, dirigée depuis début janvier par des administrateurs temporaires désignés par la BCE, a annoncé dans le même communiqué avoir achevé l’année 2018 sur une perte nette de 272,8 millions d’euros.

La banque a déjà procédé à trois augmentations de capital depuis 2014 et changé plusieurs fois de directeurs généraux ces dernières années.

L’action Carige est suspendue depuis le 28 décembre à la Bourse de Milan. Son cours vaut seulement 0,0015 euro, après avoir perdu plus de 80% de sa valeur sur les trois derniers mois.