Credit Suisse en hausse après un accord favorable arraché aux USA

AWP

1 minutes de lecture

A 10h42, la nominative Credit Suisse prenait 0,5% à 11,19 francs, après avoir ouvert en hausse de 1,7%. L’indice vedette SMI reculait pour sa part de 0,70%.

L’action Credit Suisse avait le vent en poupe lundi à la Bourse suisse. Les investisseurs semblaient soulagés après l’accord trouvé par le numéro deux bancaire helvétique aux Etats-Unis, afin de solder une affaire remontant à la crise financière de 2008. L’établissement zurichois n’a visiblement pas dû se saigner aux quatre veines pour régler ce litige.

A 10h42, la nominative Credit Suisse prenait 0,5% à 11,19 francs, après avoir ouvert en hausse de 1,7%. L’indice vedette SMI reculait pour sa part de 0,70%.

La banque aux deux voiles a arraché un accord extrajudiciaire avec le ministère de la Justice à New York, ont rapporté dimanche Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Le règlement du litige à huis clos permet à Credit Suisse de s’éviter un pénible procès, à l’issue duquel une lourde amende ne pouvait être exclue.

Selon les deux journaux dominicaux, Credit Suisse a versé en dédommagement un montant «substantiel», toutefois bien inférieur à la somme de 11,2 milliards de dollars (11 milliards de francs au cours actuel) sur laquelle reposait le litige. Le montant avait été articulé lors de l’éclatement de l’affaire en 2012 par Eric Schneiderman, à l’époque procureur général de l’Etat de New York.

Des clients auraient perdu de l’argent en souscrivant à des titres adossés à des créances hypothécaires douteuses, les fameux «subprime», auprès d’une filiale de Credit Suisse entre 2006 et 2007.

Interrogée par AWP, Credit Suisse a indiqué être «satisfaite d’avoir mis un terme à cette charge héritée du passé liée aux RMBS» (titres adossés à des créances hypothécaires, ndlr).

Le DoJ aussi de la partie

En mars 2018, UBS avait conclu un accord avec le procureur de l’Etat de New York et versé 230 millions de dollars pour solder un dossier similaire. La banque avait déjà payé en mai 2017 quelque 445 millions à la National Credit Union Administration (NCUA) dans le cadre de la faillite de deux coopératives bancaires liée aux titres RMBS.

Le Département américain de la Justice (DoJ) a cependant engagé en novembre des poursuites à l’encontre du numéro un bancaire helvétique.

Ces dernières années, le DoJ a également réglé des litiges similaires avec Citigroup, Deutsche Bank, JPMorgan Chase & Co, Morgan Stanley, Goldman Sachs Group, Bank of America Corp et Barclays. Credit Suisse avait pour sa part réglé en 2017 une amende civile de 2,48 milliards de dollars auprès de la justice fédérale américaine.