Suivi de Bureau Veritas par Bordier

Frédéric Potelle, Bordier & Cie

1 minutes de lecture

Le groupe dépasse les attentes. Le bon moment pour racheter le titre.

Bureau Veritas a publié un chiffre d’affaires et une croissance organique supérieurs aux attentes pour le troisième trimestre et confirmé ses objectifs 2018. Nous conseillons de racheter le titre, confirmé dans nos Core Holdings.

La croissance organique a nettement accéléré au troisième trimestre, à 4.8% contre un consensus de 4.1%. Le chiffre d’affaires publié, à 1'195 mio€ ressort quant à lui c. 2% supérieur aux attentes.

Pour la première fois depuis longtemps, toutes les activités (6 divisions) sont maintenant en croissance organique. Les deux divisions malades des dernières années ont passé le point bas: la division Industrie, impactée par la forte baisse des investissements de l’industrie pétrolière depuis 2014 voit sa croissance organique accélérer de 2% au premier semestre à 3.5% au 3ème trimestre. La division Marine & Off-Shore, encore négative au 1er semestre, présente une croissance organique enfin positive, de 1%.

Les acquisitions récentes apportent 3.8% d’effet périmètre au troisième trimestre: un avantage dont disposera Bureau Veritas par rapport à SGS, dont le flux d’acquisitions a été famélique depuis plus d’un an. Au total, Bureau Veritas aura donc crû de 8.6% hors effets de changes au 3ème trimestre.

La hausse de l’euro contre USD, mais surtout la baisse de plusieurs devises émergentes coûtent en revanche 2.9%de croissance du chiffre d’affaires sur le 3ème trimestre (et 5.7% sur les neuf premiers mois).

Le groupe confirme ses trois objectifs 2018:

  • Une croissance organique modérée à un chiffre des ventes: nous attendons 3%, mais constatons que celle-ci est de 3.9% sur les neuf premiers mois.
  • Une marge opérationnelle ajustée en légère amélioration, à taux de change constants. Nous projetons un effet de change négatif de 4% sur l’année, et donc une marge opérationnelle ajustée quasi stable.
  • Un cash-flow en amélioration à taux de change constant: ce serait un minimum, au regard de la médiocrité du cash-flow généré en 2017 (et en 2016). Nous attendons ainsi une hausse de 2/3 du cash-flow libre après acquisitions, par exemple.

Nous confirmons le titre dans notre liste de Core Holdings et conseillons de racheter: le PE 2019e est tombé à c. 18x, ce qui semble sévère pour un groupe dont toutes les activités ont renoué avec la croissance, dont les bénéfices devraient croître de c. 8%, dont le ROE ressort à plus de 40%et dont le retour sur capitaux employés navigue plus de 10 points de % au-dessus de son coût moyen du capital.

A lire aussi...