Septembre très porteur pour le marché mondial des ETF

Benoît Garcia, Amundi Suisse

1 minutes de lecture

En Europe, les 5,4 milliards de flux nets sur les ETF se répartissent entre les ETF actions à hauteur de 5,06 milliards et les ETF obligataires, à hauteur de 1,05 milliard.

Les ETF actions ont réalisé un très bon mois de septembre, bénéficiant de 37,3 milliards d’euros de collecte au niveau mondial, les ETF obligataires attirant 5,2 milliards d’euros. Au total les flux sur les ETF ont atteint près de 43 milliards, dont 35,8 milliards sur le marché américain et 5,4 milliards sur le marché européen.

Le marché mondial des ETF a connu un mois de septembre particulièrement porteur: les flux nets se sont établis à 42,9 milliards d’euros (après 31 milliards en août), d’abord tirés par les ETF actions (+37,3 milliards) et dans une moindre mesure par les ETF obligataires (+5,2 milliards). Le marché américain concentre 35,8 milliards de souscriptions nets, devant le marché européen (+5,4 milliards) et le marché asiatique (+1,7 milliard). Depuis le début de l’année, la collecte sur les ETF totalise ainsi plus de 308 milliards d’euros au niveau mondial.

Un intérêt marqué pour les stratégies actions smart beta

En Europe, les 5,4 milliards de flux nets sur les ETF se répartissent entre les ETF actions à hauteur de 5,06 milliards etl es ETF obligataires, à hauteur de 1,05 milliard (les produits dédiés aux matières premières subissant 763 millions de retraits). En ce qui concerne les ETF actions, les Investisseurs européens sont timidement revenus sur les actions Europe (+417 millions) et Zone Euro (+171 millions),  le mois dernier. Ils ont surtout continué à miser sur les bourses d’Amériquedu Nord (+1,9 milliard) et ont aussi recherché une exposition aux marchés actions internationaux (+718 millions).En outre, en septembre, ils ont montré un intérêt marqué pour les stratégies smart beta, à travers trois stratégies en particulier : Quality (+722 millions), Momentum (+563 millions) et Minimum Volatility (+496 millions).

Un revirement sur la dette d’état émergente

Sur les marchés obligataires, les investisseurs européens ont privilégié, au mois de septembre, les obligations gouvernementales (+1,1 milliard) sur les obligations d’entreprises(+793 millions). Dans l’univers des titres souverains, le segment de la dette des pays émergents domine (+680 millions), tandis que dans l’univers des titres corporate, ce sont les obligations à haut rendement de la zone euro qui arrivent en tête des souscriptions (+462 millions). A l’inverse,les investisseurs ont réduit leur exposition aux obligations indexées sur l’inflation américaines (-314 millions).