Warm India, Wet India – Incredible India?

Andrea Astone, BMO Global Asset Management

2 minutes de lecture

Il est impératif pour les entreprises de prendre en compte les défis liés au climat dans leur stratégie à long terme.


Saison des moussons à New Delhi. ©Keystone

L'Inde est l'un des pays les plus vulnérables aux changements climatiques et l'ampleur potentielle des impacts sur les conditions de vie, la croissance économique et, en fin de compte, les résultats financiers des entreprises est si importante que les considérations climatiques doivent être profondément intégrées dans les stratégies à moyen et à long terme des entreprises.

Malgré le ralentissement de l'économie indienne et les inquiétudes liées aux prévisions de croissance, l'Inde continue d'occuper une place de choix dans les portefeuilles des investisseurs. Et à juste titre. Les marchés financiers sont liquides et diversifiés, et il y a beaucoup d'entreprises de grande qualité avec des modèles économiques solides, des réels avantages concurrentiels et des dirigeants compétents. En outre, la hausse des revenus, l'urbanisation croissante et l'augmentation démographique offrent des opportunités de croissance intéressantes.

Les pressions sur l'eau, l'air, les sols et les forêts en Inde
devraient devenir les plus fortes au monde en 2020.

Cependant, des moussons moins prévisibles, des hausses des températures moyennes et des phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents pourraient influencer l'activité économique et influer sur les dépenses de consommation et donc sur la croissance économique. Selon la Banque mondiale, les pressions sur l'eau, l'air, les sols et les forêts en Inde devraient devenir les plus fortes au monde en 2020. Les entreprises doivent se prémunir contre ces risques, ainsi que contre ceux qui découlent de questions réglementaires, juridiques et de réputation, en redéfinissant leur stratégie pour aligner leurs activités sur les efforts et les mesures nécessaires pour lutter contre le changement climatique.

Vulnérabilité aux changements climatiques

Les changements climatiques devraient avoir d'importantes répercussions sur l'Asie du Sud. En fait, c'est déjà l'une des régions du monde les plus touchées. Au cours de la dernière année seulement, l'Inde a connu des inondations record dans l'État du Kerala, qui ont touché plus de 5 millions de personnes; des conditions de sécheresse extrême au Tamil Nadu, qui ont entraîné une grave crise de l'eau dans sa capitale Chennai, une ville de près de 10 millions d'habitants; des vagues de chaleur et des tempêtes de poussière torrentielles dans plusieurs États du Nord et au moins quatre puissants cyclones tropicaux qui ont touché les deux côtes indiennes et forcé l'évacuation de millions d'habitants.

Le changement climatique pourrait coûter au pays 2,8% de son PIB
et réduire le niveau de vie de près de la moitié de sa population d'ici 2050.

Les événements susmentionnés ne sont pas nécessairement surprenants. En raison de sa situation géographique, l'Inde est très vulnérable aux risques naturels, notamment les inondations, la sécheresse, les cyclones et les glissements de terrain. Le problème est que le changement climatique risque fort de rendre ces phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents et plus violents, mettant à rude épreuve la population et l'économie en pleine croissance. Une étude récente de la Banque mondiale suggère que 600 millions d'Indiens au total seront modérément ou gravement touchés par les changements de température et de précipitations, et que le changement climatique pourrait coûter au pays 2,8% de son PIB et réduire le niveau de vie de près de la moitié de sa population d'ici 2050.

Le seul moyen est de s'adapter

Outre les phénomènes météorologiques extrêmes, les changements de température et de précipitations se font déjà sentir avec acuité chez les agriculteurs. L'agriculture reste une source de revenus importante, représentant environ 14% du PIB du pays et employant près de 800 millions de personnes. Le secteur est désespérément dépendant de la mousson, car la majorité des terres agricoles n'ont pas accès à l'irrigation. Pourtant, les moussons sont erratiques, de plus en plus à cause du changement climatique. Lorsqu'elles sont mauvaises, les récoltes sont mauvaises, les prix des denrées alimentaires grimpent en flèche, les réservoirs sont vides et les moyens de subsistance des agriculteurs sont anéantis. 

S'attaquer à la croissance des émissions de carbone

En plus de son extrême vulnérabilité au changement climatique, l'Inde doit s'attaquer à la croissance des émissions de gaz à effet de serre. Elle est actuellement le troisième émetteur de carbone au monde, derrière la Chine et les États-Unis. Le pays a pris des mesures importantes pour mettre en place une économie à faible émission de carbone dans divers secteurs et s'est imposé comme un leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables: pendant trois années consécutives, les investissements dans les énergies renouvelables ont dépassé ceux dans les énergies fossiles. 

En parallèle, l'Inde devrait continuer à dépendre dans une large mesure de la production d'électricité à partir du charbon pour satisfaire ses besoins énergétiques futurs. Bien que la part du charbon dans la consommation d'énergie primaire de l'Inde devrait diminuer au cours des 20 prochaines années, elle représentera encore 48% du total en 2040, entraînant un doublement des émissions nettes de carbone pendant la même période. Le soutien continu du gouvernement à l'énergie thermique remet en question l'élaboration d'une plate-forme politique plus solide pour faciliter des progrès plus rapides dans le domaine des énergies renouvelables.