Vers un dollar moins cher à couvrir

Mark Holman, TwentyFour Asset Management

2 minutes de lecture

Le pic du prix de la couverture du risque de change des actifs en dollars ne devrait pas perdurer, une aubaine pour les investisseurs en euros.


©Keystone

Le prix à payer pour la couverture du risque de change peut atteindre un pic en fin de deuxième trimestre. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes interrogés sur les variations probables de ce soi-disant «coût». Il ne s’agit en effet pas d’un coût réel puisqu’il ne fait que refléter un différentiel de taux d’intérêt à court terme entre deux devises. Et, pour les investisseurs, ce dernier peut aussi bien représenter un gain qu’une diminution du rendement ou de la performance d’un actif donné.

L’évolution divergente des taux d’intérêts américains par rapport au reste du monde, qui est plutôt inhabituelle, a rendu la couverture d’actifs en dollars coûteuse pour les investisseurs en euros. A l’inverse, les investisseurs en dollars ont bénéficié de prix de couverture intéressants pour leurs actifs en euros.

Le bon du Trésor américain 10 ans à 2,05% couvert dégage,
en euros, un rendement extraordinairement faible.

Le prix de la couverture à un mois est actuellement de l’ordre de 334 points de base, qui s’inscrivent en plus ou en moins selon que la couverture concerne le dollar ou l’euro (ce niveau élevé s’explique en partie par le pic que connaissent les prix de couverture en fin de premier semestre). Concrètement, cela signifie que le bon du Trésor américain 10 ans à 2,05% couvert dégage, en euros, un rendement extraordinairement faible puisqu’il est de - 129 points de base. A l’inverse, le Bund à 10 ans couvert offre une rémunération étonnamment élevée de 3,05% en dollars.

Les taux à court terme déterminants

Cette base de change1 a probablement atteint un sommet intracyclique et devrait se modifier rapidement. Tout d'abord, le pic de fin de semestre disparaîtra cette semaine, ce qui devrait réduire la base de change d'environ 35 points de base. Mais c’est la trajectoire des taux d’intérêt à court terme qui représente le facteur le plus important. La probabilité implicite d’une baisse de 25 points de base des taux d’intérêt américains en juillet s’élève à 81% alors que celle d’une réduction de 50 points est de 19%.

Un potentiel de fluctuation de 100 points de base
du prix de la couverture entre l'euro et le dollar.

La courbe des taux d’intérêt américains intègre déjà une baisse de 75 points de base des taux des d’intérêt d’ici à la fin de l’année civile, alors que ce recul n’est que de 10 points de base pour les taux en euros. Au total, cela représente un potentiel de fluctuation de 100 points de base du prix de la couverture entre l'euro et le dollar, pour autant que les baisses de taux anticipées par le marché se produisent effectivement et que le pic de fin du premier semestre disparaisse. 

Pour les investisseurs qui couvrent leur risque de change et ont pour devise de référence l’euro, cela signifierait que les actifs en dollars, dont le prix de couverture a été si élevé, redeviendraient plus attrayants. Les investisseurs doivent tenir compte du prix futur de la couverture du risque de change, et non pas seulement du prix actuel, qui semble avoir atteint un sommet.

1 La base de change correspond au coût supplémentaire payé par les investisseurs pour acheter et vendre des devises à terme, en plus du différentiel de taux. 

A lire aussi...