Trop de gaspillage d'énergie

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. La quête de l'Europe pour devenir moins dépendante de la Russie met également en lumière la nécessité de développer l'efficacité énergétique.


©Keystone

Alors que la Russie envahissait l'Ukraine, les climatologues du monde entier publiaient un rapport de plus de 3’000 pages sur les conséquences du changement climatique. Il est désormais encore plus important de mettre fin à la dépendance de la société aux combustibles fossiles.
L'invasion russe de l'Ukraine souligne l'importance de réduire les importations européennes d'énergie. Par exemple, 14% de la demande énergétique de l'Europe pour le chauffage domestique peut être réduite grâce à une meilleure isolation des toits[1]. Des actions comme celles-ci ont le potentiel de réduire les 60 milliards d'euros que l'Europe a payés à la Russie pour ses importations d'énergie en 2020. La déclaration des chefs d'Etat de l'UE à Versailles[2] soutient l'objectif de rendre l'Europe indépendante des combustibles fossiles russes (en particulier du gaz), bien avant 2030.

En plus d'apporter un soutien immédiat à l'Ukraine, l'invasion de la Russie nécessite un changement de paradigme pour de nombreux aspects de la société européenne. Par exemple, cela fait huit ans que la Russie a annexé la Crimée et que l'Europe a décidé d'adopter une stratégie de sécurité énergétique[3] qui visait également à améliorer l'efficacité énergétique. Cependant, au cours de cette période, la dépendance de l'UE vis-à-vis de l'énergie russe n'a fait que croître[4]. De nouvelles approches sont donc nécessaires. Les chocs d'offre perdent une partie de leur impact si la demande est réduite.

Trois quarts de l'énergie contenue dans le carburant des véhicules est gaspillée sous forme de chaleur et de frottement par rapport à l'énergie nécessaire pour transporter une personne.

Notre graphique de la semaine souligne qu'il est important de disposer de mesures plus précises de l'objectif poursuivi. Actuellement, les agences de statistiques énergétiques et les politiques se concentrent sur la réduction de l'énergie finale: l'énergie qui est livrée à votre porte.

Mais les gens et les entreprises apprécient les services pour lesquels l'énergie est utilisée: des maisons chaudes et bien éclairées, des aliments cuits, des transports rapides et la fabrication. Cependant, une grande partie de l'énergie est gaspillée en chauffant des bâtiments vides, et on estime que 75% de l'énergie contenue dans le carburant des véhicules est gaspillée sous forme de chaleur et de frottement par rapport à l'énergie nécessaire pour transporter une personne.

Notre graphique intègre les recherches de l'Université d'Oxford selon lesquelles les modèles devraient refléter l'énergie utile aux personnes et aux entreprises. Cela pourrait être un bon point de départ pour une nouvelle approche de l'efficacité énergétique. Mais d'autres idées sont également nécessaires, comme les recommandations du DEM[5] selon lesquelles l'Europe devrait s'inspirer des pratiques de certains services publics qui passent des contrats avec des entreprises qui paient les clients pour qu'ils installent des dispositifs d'économie d'énergie. L'Europe devrait se procurer de l'efficacité énergétique au lieu d'importer de l'énergie. Les statistiques énergétiques devraient mesurer la chaleur utile, la lumière et les services de transport que les personnes et les entreprises souhaitent, et pas seulement l'énergie contenue dans les différents combustibles. Peut-être que ces idées, et d'autres, vont maintenant faire leur chemin dans les politiques publiques. Nous pensons que les entreprises capables de fournir des solutions pour accroître l'efficacité énergétique devraient rester dans la ligne de mire des investisseurs.

Les statistiques et les objectifs énergétiques ne tiennent pas encore compte de l'énergie «utile»

Bleu: Transport
Vert: Industrie
Orange: Immeubles
Gris: Energie

 

 

A lire aussi...