La Modern Monetary Theory gagne du terrain

Jean-Charles Crouzet

2 minutes de lecture

Election US 2020: les démocrates sont leaders et l’aile gauche émergente du parti prône la MMT.

Selon le site Predictit.com, les démocrates ont 59% de chances de remporter les prochaines élections en 2020. Alors que Trump est clairement le meilleur candidat à sa réélection dans le camp républicain (85%), qu’en est-il chez les démocrates?

A ce jour 14 candidats se sont déclarés et le graphe dessous positionne les 6 principaux. Sachant que les démocrates sont convaincus que leur représentant sera élu président, la lutte au sein du parti va être fratricide et il est fort à parier que chacun des candidats défendra ses convictions jusqu’au dernier moment. 

Qui sera le candidat démocrate?
Source: Predictit.com

 

Même si aujourd’hui Biden mène la course dans les sondages, certains candidats moins connus jusqu’à présent, commencent à émerger. C’est le cas de l’entrepreneur de start-up tech, Andrew Yang, dont la candidature a été officiellement lancée en février 2018. Or ce n’est seulement que depuis quelques semaines que sa popularité connait un réel essor: très opportun avant le premier débat démocrate de juin. Son programme est centré sur le danger que représente l’automatisation de l’économie qui devrait occasionner des millions de suppressions d’emplois aux USA. Son remède? Le Revenu de Base Universel (Universal Basic Income) d’un montant de 1'000 dollars par mois pour toute personne âgée de plus de 18 ans. Son financement? La MMT (Modern Monetary Theory). 

Un QE pour le peuple après un QE pour les riches.

Qu’est-ce que la MMT? L’idée principale repose sur le fait qu’après la crise de 2008, la réserve fédérale a imprimé des milliers de milliards de dollars (25% du PIB américain) afin de sauver le système financier de la faillite en favorisant l’achats de produits financiers. Selon eux, le résultat fut bien plus bénéfique aux riches qu’aux pauvres et n’a contribué qu’à augmenter les disparités sociales. Alors pourquoi ne pas imprimer des milliards de dollars pour financer les dépenses sociales ou les grands projets d’infrastructure par exemple? En imprimant autant de billets sans créer d’inflation (selon les indices officiels évidemment, mais quid de l’inflation des actifs financiers et immobiliers?), le débat est légitime pour les partisans de la MMT. Si le QE a été bon pour le système financier, pourquoi en serait-il autrement pour le financement des multiples dépenses du gouvernement? Ce ne serait en fin de compte que rediriger l’argent en direction des plus démunis, des étudiants ou de ceux qui n’ont aucune couverture sociale par exemple. QE pour le peuple après QE pour les riches. 

Le débat est grand ouvert et sans surprise, la Fed et Wall Street sont opposés à la MMT. Ironique non? Le MMT est largement critiqué par ceux-là même qui ont établi un précédant en implémentant QE en 2008!  Le principal argument avancé est celui de l’inflation: financer les déficits et la dette en faisant marcher la planche à billets nous mènerait à une inflation galopante et incontrôlable. La confiance dans le dollar américain en serait grandement affectée et les rendements sur les bons du trésor américain se tendraient de façon drastique. 

Après 10 ans de taux bas ou négatifs,
les déficits et les politiques d’austérité visées à les réduire sont ignorés.

Cette dangereuse théorie nous démontre tout simplement, qu’après 10 ans de taux bas ou négatifs, les déficits et les politiques d’austérité visées à les réduire sont ignorés, la peur de l’inflation n’existe plus, l’indépendance de la banque centrale est remise en cause, et le peuple demande plus, et non moins, d’intervention de l’état. 

De nombreux candidats démocrates s’inspirent de cette théorie pour élaborer leur programme et espérer ainsi obtenir le vote populaire. Il se pourrait donc que ce débat se décide dans les urnes plutôt que par l’analyse approfondie et objective de cette redoutable théorie et de son réel impact sur notre équilibre social et financier. Affaire à suivre.