Investir dans la numérisation: avec l'innovation et la sécurité informatique

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

Les entreprises suisses semblent sous-estimer le potentiel de la numérisation, comme le montre une nouvelle étude.

Les entreprises veulent augmenter leur productivité en investissant dans les technologies numériques. Toutefois, cela ne peut être réalisé que si les entreprises sont innovantes, adaptent leurs processus organisationnels et investissent dans la sécurité informatique. En général, les entreprises suisses semblent sous-estimer le potentiel de la numérisation, comme le montre une nouvelle étude.

Pour que les investissements dans les technologies numériques augmentent la productivité, une entreprise doit être innovante. Cela signifie qu'elle doit être en mesure de développer de nouveaux produits et services et de les commercialiser efficacement. Tel est le résultat d'une étude réalisée par le KOF et le «Chair of Production and Operations Management (POM)» de l'EPF Zurich à la demande de L’Association suisse pour systèmes de qualité et de management (SQS). L'étude montre également que l'organisation des processus commerciaux est cruciale pour la productivité des investissements numériques.

La sécurité informatique joue également un rôle important : pour que les investissements numériques soient utilisés de manière productive, il faut investir dans l'utilisation des technologies de sécurité. Toutefois, les efforts de sécurité doivent être globaux. L'utilisation de simples programmes anti-virus ou de pare-feux ne suffit pas.

Les entreprises suisses n'exploitent pas pleinement le potentiel de la numérisation

D'une manière générale, il est clair que les entreprises suisses sous-estiment le potentiel de la numérisation: elles utilisent les technologies numériques principalement pour maintenir leur position concurrentielle et non pour créer des innovations révolutionnaires et obtenir des avantages concurrentiels à long terme. Les exceptions sont les grandes entreprises et les prestataires de services modernes. qui utilisent la numérisation pour redéfinir les modèles commerciaux existants et configurer les chaînes de valeur.

En revanche, les PME utilisent en moyenne moins de technologies numériques que les grandes entreprises. Les raisons en sont le potentiel d'innovation limité et la compétitivité restreinte. D'autres obstacles sont des processus de travail inadaptés, un manque de main-d'œuvre qualifiée et de ressources financières.

L'étude se fonde sur les données des enquêtes du KOF sur l'innovation de 2002 à 2016 et sur l'enquête sur la numérisation de 2016. Les données de l'enquête du KOF sont représentatives de l'économie suisse et contiennent des informations sur environ 6500 entreprises suisses. Les résultats quantitatifs sont complétés par dix études de cas sur les transformations technologiques et organisationnelles dans les entreprises suisses.

L'étude complète, y compris un résumé, peut être consultée ici.

A lire aussi...