Cinq questions sur la gestion passive

Salima Barragan

1 minutes de lecture

Sur un marché devenu plus exigeant, que pourra offrir la gestion passive?

Les flux d’entrée dans les fonds passifs laissent perplexes. En 2017, ils ont atteint 963 milliards de dollars à l’échelle global*. Dans cette configuration de marché bullish, leur succès n’est pas étonnant. D’ailleurs, toujours sur cette période, la gestion active aurait surperformé la gestion passive dans seulement 40% des cas*. Mais que pouvons-nous attendre de cette approche, lors d’un changement de régime caractérisé par une hausse de la volatilité?

Un constat s’impose: l’industrie des ETFs a fortement évolué ces dernières années. La frontière entre gestion active et passive est devenue floue avec l’apparition d’une nouvelle génération de produits. Le cheval de bataille des émetteurs d’ETF, c’est leur coût imbattable. Seraient-ils devenus les produits «low cost» de la gestion moderne? Un argument non négligeable dans une époque où les yields ne sont pas si affriolants et, où, les espérances de rendements des actions ont été revues à la baisse. Chaque point de base compte dans la performance.

Aussi, contrairement à beaucoup d’idées reçues, la gestion passive peut aussi faire ses preuves sur les marchés inefficients. Afin de faire le point sur cette industrie métamorphosée, nous avons posé cinq questions à deux experts:

  • Comment a évolué le marché des ETFs?
  • Dans un environnement difficile, que pouvons-nous attendre de la gestion passive?
  • Où voyez-vous des opportunités d’investissement?
  • Existe-t-il des marchés non adaptés à la gestion passive?
  • Quels produits comptez-vous lancer dans le futur?

Chris Gannatti, directeur de la recherche chez WisdomTree et Olivier Pasquier, directeur de la distribution pour l’Europe continentale chez JPMorgan AM nous livrent leurs réponses.

«Les ETFs deviennent des refuges», Olivier Paquier, JPMorgan AM;

«Nous cherchons à créer de l’alpha», Christopher Gannatti, WisdomTree

* Source: Marlène Hassine Konqui, Lyxor, Gestion active & passive: analyse de la performance