Ces leaders technologiques émergents

Salima Barragan

1 minutes de lecture

Divya Mathur de Martin Currie, filiale de Legg Mason, souligne l’évolution de la propriété intellectuelle des pays émergents en 25 ans.

Les sociétés technologiques des pays émergents sont devenues très compétitives, acquérant le leadership dans certains secteurs comme les semi-conducteurs. L'interaction des mégapoles, de la croissance rapide des consommateurs de la classe moyenne avec les nouvelles technologies a donné naissance à des entreprises de premier ordre sur lesquels lorgnent leurs rivaux occidentaux. Le point avec Divya Mathur, gestionnaire de portefeuilles chez Martin Currie, une filiale de Legg Mason.

Elévation dans la chaîne de valeur

«Les pays émergents ne doivent plus être considérés comme de simples fournisseurs de main d’oeuvre à faible coût, estime Divya Mathur, car la Chine, la Corée et le reste des pays émergents ont délivré plus de brevets technologiques que les économies développées». Ces marchés ont remonté la chaîne de valeur, ce qui se reflète dans la composition actuelle de l'indice MSCI Emerging Markets, dominé par la technologie, l'internet et les soins de santé alors qu’il y a vingt ans, l'énergie, les matériaux et l'industrie figuraient comme les poids lourds de l’indice.

La 5G ouvre la porte à une kyrielle de nouvelles possibilités telles que les jeux
de réalité virtuelle sur smartphone mais aussi la conduite autonome.
Rupture technologique

Ce n’est pas un hasard si les entreprises technologiques des marchés émergents sont en tête de l'innovation technologique. Leurs consommateurs furent les premiers à modifier leur comportement et adopter assidûment les nouvelles technologies. «L'introduction du smartphone, l'émergence de plateformes en ligne et l'arrivée de systèmes de paiement en ligne ont changé les vies et cela crée des opportunités pour les entreprises qui contribuent à la transition numérique, y compris dans le hardware et le cloud. D’ailleurs les excellents résultats trimestriels de Tencent et Alibaba témoignent de ces changements de comportement, particulièrement durant le confinement», souligne Divya Mathur.

Un deuxième facteur explique la montée en puissance inéluctable de la tech des pays émergents: le soutien des gouvernements qui ont considérablement investi dans l’enseignement des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques. «La Chine et l'Inde génèrent ensemble dix fois plus de diplômés dans ces filières que les États-Unis», constate Divya Mathur. En outre, les gouvernements ont également mis en place des mesures d'incitation pour les industries à forte valeur ajoutée et à haut savoir en offrant des subventions et des incitations fiscales.

Zoom sur les semi-conducteurs

Grace à la transmission rapide de quantités importantes de données et d'obtention de temps de réponse ultra courts, la 5G ouvre la porte à une kyrielle de nouvelles possibilités telles que les jeux de réalité virtuelle sur smartphone, l’internet des objet (IoT) mais aussi la conduite autonome. Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) qui domine le marché des semi-conducteurs, est en première ligne pour bénéficier du passage à la 5G. «TSMC est très exposée à cette génération de communications et aux tendances de calcul de haute performance, avec un quasi-monopole sur la capacité de fabriquer les semi-conducteurs de technologie de pointe. Au cours des 20 dernières années, elle a non seulement dépassé ses rivaux américains et japonais mais aussi fixé les normes ESG dans l'industrie mondiale des semiconducteurs», relève Divya Mathur. De plus, au cours des 20 dernières années, l’entreprises taiwanaise a réussi à croître ses ventes et ses bénéfices de plus de 15 % par an.

A lire aussi...