Biotech suisse: étude rétrospective d’une technologie horizontale

Salima Barragan

2 minutes de lecture

Selon une étude de KPMG, la biotechnologie suisse a dégagé en 2018 un chiffre d’affaires de 4 milliards de francs.


Laboratoire Polyphor à Allschwil. Son IPO à Zurich a été la plus belle réussite de l’année en Europe. ©Keystone

Stephen Sherwin, ancien président du conseil d'administration de la BIO (Biotechnology Innovation Organization), décrit la biotechnologie comme «une technologie horizontale utilisée dans divers secteurs industriels pour aider à guérir, à alimenter et à nourrir le monde». Au-delà des promesses d'un monde meilleur, la biotechnologie suisse a attiré en 2018 près de 7,2 milliards de capitaux frais et généré un chiffre d'affaires de 4 milliards de francs suisses (contre 3,8 milliards en 2017). Ce sont les chiffres publiés par le rapport sur la biotech suisse* de KPMG en mai. La Suisse reste un petit acteur mondial, mais c’est dans le domaine des anticorps et des cytokines qu’elle a déposé le plus de brevets. Rétrospective du secteur en Suisse.

OPTIMISATION DES PORTEFEUILLES D’INVESTISSEMENT

L’année n’aura pas brillé par le nombre de mégatransactions, en comparaison avec la retentissante reprise de la société bâloise Actelion par Johnson & Johnson en 2017. Pourtant, KPMG estime que l'industrie a suscité l'attention des investisseurs, toujours à l'affût de médicaments novateurs pour répondre à des demandes non satisfaites.

L’IPO de Polyphor d'Allschwil en mai à la Bourse suisse
aura été la plus belle réussite de l’année en Europe.

A Genève, Prexton Therapeutics a été racheté par Danish Lundbeck (pour un engagement allant jusqu’à 805 millions d’euros) et Sophia Genetics a acquis la société française IBS. Du côté de Bâle, la société Therachon a acquis la société canadienne GLyPharma, ce qui a permis à son portefeuille de médicaments d'entrer en phase II/III des développements cliniques. Enfin, Balio-pharm, également basé à Bâle, a été achetée par Promethera Bio-sciences, renforçant ainsi sa stratégie thérapeutique.

A l’échelle mondiale, les activités d’IPO ont été particulièrement dynamiques et l’étude en dénombre une nette augmentation (77 contre 58 en 2017), générant un total de 7,2 milliards de dollars de capitaux frais (58 aux Etats-Unis pour un montant de 6,3 milliards de dollars et 19 en Europe pour 1,2 milliard de dollars). A noter que l’IPO de Polyphor d'Allschwil (155 millions de francs) en mai à la Bourse suisse aura été la plus belle réussite de l’année en Europe.

La Suisse, un acteur de qualité

L'analyse des brevets en biotechnologie indique dans lequel des trois sous-secteurs (santé et médecine, industrie ou agriculture) la Suisse se distingue. Bien qu’elle ne détienne que 1,3% du portefeuille mondial, c’est dans celui de la santé et de la médecine, et plus particulièrement dans le domaine des anticorps et des cytokines, qu’elle a déposé le plus de brevets. 

Des biotechs suisses sont également
impliquées dans les technologies émergentes.

Selon le rapport, des biotechs suisses sont également impliquées dans les technologies émergentes comme les probiotiques, les cellules CAR (cellules conçues pour afficher les récepteurs d'antigènes chimériques) ou l'édition du génome (CRISPR/Cas, TALEN, ZNF). En revanche, l’enquête relève que la nanotechnologie, la santé numérique, le séquençage et la bio-informatique ne font pas partie des atouts suisses.

Projets de collaboration

Ainsi, pour créer l’innovation, accéder à des nouvelles techniques, nos biotechs locales doivent collaborer, tant au plan national, qu’à l’international. Molecular Partner s’est associé avec Amgen dans le domaine de l'immunologie et avec AstraZeneca en oncologie. AC Immune a établi un partenariat stratégique avec Wuxi Pharma et un accord de licence et de collaboration avec Eli Lilly. Ensemble, CRIPSR Therapeutics et ViaCyte développent une thérapie génique à base de gènes et une seconde à base de cellules souches pour le diabète. Enfin Selexis a annoncé de nouveaux accords avec Hoba Therapeutics, Symphogen et Teneobio. 
 

* 2019 Swiss Biotech Report