USA: lourde chute des promesses de ventes de logement

AWP

1 minutes de lecture

L’indicateur des promesses de ventes a reculé de 4,7% en janvier en rythme annualisé. Les analystes s’attendaient à une progression de 0,4%.

Les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont lourdement chuté en janvier à la surprise des analystes, selon les chiffres publiés mercredi par l’Association nationale des agents immobiliers américains (NAR).

En données corrigées des variations saisonnières, l’indicateur des promesses de ventes a reculé de 4,7% à 104,6 en janvier en rythme annualisé. Les analystes s’attendaient à une progression de 0,4%. Le chiffre de décembre a été en outre revu à la baisse montrant une stagnation.

Sur un an, l’indice, qui est un baromètre avancé du marché immobilier puisqu’il se base sur les contrats de cession signés, est désormais en baisse à -3,8%, son plus faible niveau depuis octobre 2014.

«L’économie est en grande forme, la plupart des marchés de l’emploi localement sont très robustes et les revenus des ménages augmentent lentement mais il n’y a pas de doute que la chute des signatures de contrats de ventes intervenue le mois dernier a sa cause dans les faibles stocks et la hausse soudaine des crédits immobiliers», a estimé Lawrence Yun, économiste en chef de la NAR.

«Le bas de gamme du marché continue d’être handicapé par le manque d’offre et par des prix forts. Les acheteurs potentiels attendent qu’il y ait plus de maisons à visiter au printemps ou bien ils doivent retarder leur recherche pour pouvoir économiser davantage et gonfler leur apport personnel», a ajouté l’économiste.

En janvier, le nombre de maisons à vendre a atteint un plancher historique et était en baisse de 9,5% par rapport à il y a un an. De plus, il s’avère que les propriétaires qui ont vendu sont restés au moins dix ans dans leur maison, un sommet historique.

Pour 2018, la NAR prévoit qu’il se vendra environ 5,50 millions de maisons contre 5,51 millions en 2017.

Le prix médian d’un logement ancien devrait croître de 2,7% contre +5,8% l’année dernière.