USA: l’activité manufacturière se contracte en septembre

AWP

1 minutes de lecture

L’indice ISM manufacturier a perdu 1,3 point de pourcentage, à 47,8 points le mois dernier, son plus bas niveau depuis juillet 2009.

L’activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis a encore reculé en septembre, tombant à son plus bas niveau depuis 10 ans, sous l’effet notamment des incertitudes entourant le commerce international, selon l’indice de l’association professionnelle ISM publié mardi.

L’indice ISM manufacturier a perdu 1,3 point de pourcentage, à 47,8 points en septembre, son plus bas niveau depuis juillet 2009, lorsque le pays sortait de la récession provoquée par la crise financière.

Les analystes espéraient une légère remontée de l’indicateur en territoire positif, juste au-dessus de 50 points.

Cet indice, très suivi par les marchés, a commencé à passer dans le rouge en août, pour la première fois depuis trois ans, non seulement à cause des inquiétudes autour des tensions commerciales mais aussi du ralentissement de la croissance mondiale.

«Les commentaires des personnes interrogées reflètent un affaiblissement continu de la confiance des entreprises», a indiqué Timothy Fiore, responsable de l’enquête de l’ISM.

«Le commerce mondial demeure le problème principal, comme le montre la contraction des nouvelles commandes à l’exportation qui s’est amorcée dès juillet. D’une façon générale, le moral reste très prudent quant à la croissance à court terme», a prévenu ce responsable, soulignant que, d’une façon générale, les industriels interrogés restent «très prudents» quant à la croissance à court terme.

Parmi les composantes de l’indice, les nouvelles commandes sont à 47,3%, quasi-stables, mais celles à l’exportation sont en chute de 2,3%, pour tomber à 41%.

La production, à 47,3%, a perdu 2,2 points de pourcentage. L’emploi est aussi en retrait, à 46,3%, soit 1,1 point de moins qu’en août.

Sur les 18 branches manufacturières examinées en septembre, seulement trois affirment être en croissance, dont l’alimentation et les produits chimiques. Tous les autres secteurs, du textile à l’imprimerie en passant par l’ameublement et les produits métalliques, ont accusé un ralentissement.

«La faiblesse du secteur manufacturier approche un niveau dangereux», a souligné Chris Low, économiste pour FTN. «Historiquement, un indicateur au-dessous de 46% signifie une récession. Si le secteur manufacturier représente une petite part de l’économie, c’est toutefois un secteur vital, notamment dans le Midwest», ajoute cet expert.

La grève chez General Motors, qui entre dans sa troisième semaine, a également affecté la performance de l’indice.