Une PME sur trois supporte elle-même les risques de change

AWP

1 minutes de lecture

La majorité des entreprises sans couverture de change ne semble tout simplement pas avoir réfléchi à cette option, selon une étude de Credit Suisse.

Un tiers des petites et moyennes entreprises (PME) suisses ne se couvre pas contre les fluctuations de change. Elles supportent donc les risques liés aux devises sur leurs propres deniers.

Les principaux obstacles pour les PME ne sont ni les coûts élevés, ni le manque de temps ou les problèmes techniques de mise en oeuvre. La majorité des entreprises sans couverture de change ne semble tout simplement pas avoir réfléchi à cette option, selon une étude publiée jeudi par Credit Suisse.

Ainsi, 63% de ces PME indiquent n’avoir «jusqu’à présent pas envisagé» de stratégie de couverture sur les marchés financiers. Les 300 entreprises interrogées s’attendent à moins de turbulences monétaires cette année et estiment que la récente dépréciation du franc par rapport à l’euro sera durable.

Seules quelques entreprises estiment que le taux de change franchira la barre de 1,20 franc pour un euro cette année. En moyenne, elles anticipent un cours de 1,17 franc. La monnaie unique européenne se négociait jeudi aux alentours de 1,152 franc. La livre britannique suscite le plus d’incertitude en raison des négociations sur le Brexit.