Tests de résistance 2019: fort taux de chômage pour le scénario de la Fed

AWP

1 minutes de lecture

Pour ces tests 2019, la Fed a imaginé trois scénarios dont un mettant en scène une très sévère récession mondiale.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a publié mardi ses scénarios hypothétiques de tests de résistance bancaires auxquels devront se soumettre les plus grandes banques en 2019.

Le but de ces exercices annuels, mis en place par la loi Dodd-Frank après la crise financière de 2008, vise à déterminer si ces groupes bancaires américains et filiales de banques étrangères, présentant des risques systémiques en cas de crise, disposent de suffisamment de liquidités.

Les banques ont jusqu’au 5 avril pour fournir leurs données et conduire leurs tests «quantitatifs» de façon interne, tandis que la Banque centrale annoncera les résultats d’ici le 30 juin pour les établissements soumis aux tests «qualitatifs», donnant un feu vert ou non aux plans de distribution de capitaux (dividendes, rachat d’actions...).

Pour ces tests 2019, la Fed a imaginé trois scénarios dont un mettant en scène une «très sévère récession mondiale» où le taux de chômage américain grimperait rapidement de 6 points de pourcentage à 10%.

«Ce scénario hypothétique présente le plus important changement en terme de chômage» depuis que la Fed conduit ces tests, a affirmé dans un communiqué Randal Quarles, vice président de la Fed en charge de la supervision bancaire.

L’hypothèse auxquelles les grandes banques doivent confronter leurs comptes inclut également «un marché de l’immobilier commercial et de la dette d’entreprise en grand stress», précise la Fed.

Chaque scénario inclut presque une trentaine de variables couvrant l’économie américaine et mondiale, allant du prix du marché des actions au PIB en passant le niveau des taux d’intérêt.

Les banques concernées dépassent le seuil des 100 milliards de dollars d’actifs, mais certaines firmes «moins complexes», dont les actifs se rangent entre 100 et 250 milliards de dollars, en seront dispensées cette année.

La Fed a par ailleurs annoncé davantage de transparence dans la façon dont les tests vont impacter les comptes comme les ratios de pertes sur les portefeuilles de prêts.