Lonza confirme ses objectifs à l'horizon 2022

AWP

1 minutes de lecture

D'ici quatre ans, le groupe de Richard Ridinger vise un chiffre d'affaires de 7,5 milliards de francs et une marge brute d'exploitation de base à 30%.

Le chimiste bâlois Lonza a réitéré mardi ses objectifs financiers pour 2022, lors d’une journée dédiée aux investisseurs. Le groupe est engagé dans une vaste refonte et cherche à se défaire de certaines de ses activités.

D’ici quatre ans, le groupe veut réaliser un chiffre d’affaires de 7,5 milliards de francs et une marge brute d’exploitation (Ebitda) de base à 30%. A titre de comparaison, Lonza avait dégagé en 2017 des recettes de 5,1 milliards et une marge de 24,8%.

Pour l’exercice en cours, la direction s’attend toujours à dégager une croissance des ventes entre 5% et 9% sur une base comparable (hors l’acquisition de Capsugel). La marge opérationnelle doit s’établir autour de 26%.

Le directeur général Richard Ridinger a également énuméré les différents objectifs stratégiques de Lonza, notamment l’intégration de l’américain Capsugel, spécialisé dans la fabrication de gélules et d’enveloppes de médicaments, racheté l’année dernière pour 5,5 milliards de dollars (quasiment autant en francs).

Par activités, la principale division Pharma & Biotech doit croître annuellement autour de 9% et maintenir sa rentabilité à environ 30% en matière de marge Ebitda.

L’unité Consumer Health doit croître d’ici 2022 de 5% à 9% et également élever sa marge opérationnelle autour de 30%. La nouvelle activité Consumer & Resources Protections doit pour sa part afficher une progression des ventes entre 1% et 5% et augmenter sa marge Ebitda à quelque 25%.

Lonza se veut également optimiste au-delà de l’horizon 2022, où il anticipe une nouvelle vague de croissance dans les biotechnologies et le secteur pharmaceutique. Les récents investissements, notamment à Viège, doivent soutenir la croissance future.

Investissements dans le Valais

Jeudi, le groupe avait annoncé vouloir équiper un de ses bâtiments de son complexe de Viège, dans le Valais, pour 400 millions de francs. Plusieurs centaines d’emplois seront créés. Ce bâtiment sera opérationnel à partir de 2020.

L’an dernier, le groupe industriel chimique et pharmaceutique avait annoncé une joint-venture avec le géant pharmaceutique français Sanofi pour investir 290 millions de francs dans un premier bâtiment d’un ensemble nommé Ibex à Viège, permettant la création de 200 emplois. Les travaux ont débuté en septembre 2017.

Engagé dans une restructuration, la société bâloise devrait arrêter une partie de ses activités qui seraient réinvesties ailleurs dans la société, ont indiqué les analystes de Vontobel. Ces derniers ont estimé que les annonces «faisaient sens», mais ont déploré que la vente des activités de traitement de l’eau et du bois n’ait pas été annoncée.

Dans la matinée, le titre Lonza était plébiscité par les investisseurs à la Bourse suisse. A 10h22, l’action progressait de 1,2% à 315 francs, avoir perdu près de 0,7% dans les premiers échanges. L’indice vedette SMI prenait pour sa part 0,19%.

A lire aussi...