Le fonds souverain norvégien réintègre deux groupes pétroliers

AWP

1 minutes de lecture

Yngve Slyngstad, le dirigent du plus important fonds souverain, a annoncé la levée de l’exclusion des deux entreprises, celles-ci ayant mis fin aux activités contestées.

Le plus gros fonds souverain au monde, celui de la Norvège, va pouvoir de nouveau investir dans les groupes pétroliers britannique Cairn Energy et américain Kosmos Energy, un temps jugés infréquentables à cause de leurs activités au Sahara occidental, a indiqué la Banque de Norvège mardi.

Le fonds norvégien, qui pèse aujourd’hui près de 1000 milliards de dollars, s’était désengagé en 2016 des deux entreprises en invoquant «les risques de violation particulièrement grave de normes éthiques fondamentales».

Il leur était reproché de mener des activités de prospection pétrolière au large du Sahara occidental sur mandat des autorités marocaines.

Territoire quasi désertique qui prolonge le Maroc vers le sud, le Sahara occidental est l’objet depuis 1975 d’un conflit de souveraineté qui oppose le royaume chérifien au front Polisario, un mouvement indépendantiste soutenu par l’Algérie.

La Banque de Norvège, chargée de gérer le fonds souverain du pays, a annoncé dans un communiqué la levée de l’exclusion des deux entreprises, celles-ci ayant mis fin aux activités contestées.

Censé faire fructifier les recettes pétrolières de l’État, le fonds norvégien est régi par des règles éthiques qui lui interdisent notamment d’investir dans les sociétés coupables de violations graves des droits de l’Homme, celles qui fabriquent des armes nucléaires ou «particulièrement inhumaines», ou encore dans le charbon et les producteurs de tabac.

A lire aussi...