Le dollar recule dans un marché plus attiré par le risque

AWP

1 minutes de lecture

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la monnaie unique européenne prenait 0,90% face au billet vert, à 1,0917 dollar.

Le dollar baissait lundi face à l’euro et à plusieurs autres devises, l’appétit pour le risque étant nettement remonté après les résultats préliminaires encourageants d’essais cliniques sur un vaccin contre le nouveau coronavirus.

Vers 19H00 GMT (21H00 à Paris), la monnaie unique européenne prenait 0,90% face au billet vert, à 1,0917 dollar.

Le dollar index, qui mesure la valeur de la devise américaine face à un panier d’autres devises, perdait 0,73%.

«Le dollar évolue en baisse alors que la Bourse grimpe après les annonces positives de Moderna concernant ses essais de phase un sur un vaccin» contre le virus, a indiqué Joe Manimbo de Western Union.

Le laboratoire américain a en effet fait part lundi de «données intérimaires positives» de la phase initiale d’essais cliniques sur un vaccin.

Généralement considéré comme valeur refuge, le dollar a tendance à se replier lors des périodes de regain d’optimisme sur le marché actions, au même titre que le yen et le franc suisse.

Les devises japonaise et helvétique étaient d’ailleurs en net repli face à l’euro lundi.

Les cambistes digéraient par ailleurs des propos du patron de la Réserve fédérale, diffusés dimanche sur CBS.

Jerome Powell a jugé que le taux de chômage pourrait encore empirer aux Etats-Unis pour atteindre jusqu’à 25%, mais a aussi estimé que la croissance américaine finirait par revenir et a assuré que la Fed n’était pas à court de munitions pour soutenir l’économie.

La livre sterling parvenait, elle, à se stabiliser lundi face à l’euro et progressait face au dollar, à l’entame d’une semaine riche en indicateurs pour l’économie britannique.

Les pourparlers commerciaux sur le Brexit restaient toutefois dans l’impasse, selon plusieurs analystes.

Britanniques et Européens semblaient en fin de semaine dernière encore très loin d’un accord sur leur relation post-Brexit après un troisième cycle de négociation jugé sans progrès majeur, et au cours duquel le ton est monté.

«Nous nous attendons à ce que les inquiétudes au sujet du Brexit reviennent sur le devant de la scène dans les semaines à venir», ont prédit les analystes de Wells Fargo.

Pour sa part, le dollar canadien, dont le cours dépend fortement des prix de l’or noir, affichait des gains face à la plupart des autres devises, dans le sillage du bond du pétrole lundi.

A lire aussi...