Le baromètre conjoncturel du KOF augmente à nouveau

Communiqué, KOF

1 minutes de lecture

Le baromètre a atteint une valeur comparable pour la dernière fois à la fin de la crise financière de 2009/2010.

Le baromètre conjoncturel du KOF a augmenté en septembre pour la quatrième fois consécutive, après un effondrement historique au printemps de cette année. Le baromètre a atteint une valeur comparable pour la dernière fois à la fin de la crise financière de 2009/2010. Actuellement, la tendance économique est en forme de V, de sorte que pour le moment, une reprise de l'économie suisse est à prévoir. Toutefois, une deuxième vague COVID-19 pourrait entraîner une révision brutale de cette évaluation.

Le baromètre conjoncturel du KOF a atteint une valeur de 113,8 points en septembre après une hausse de 3,6 points - son plus haut niveau en dix ans. Ce chiffre est une fois de plus bien supérieur à sa moyenne à long terme. Cette augmentation est principalement à relier à un ensemble d'indicateurs, qui comprennent l'industrie de l'hôtellerie et de la restauration, la demande étrangère et le secteur économique des autres services. En outre, des ensembles d'indicateurs relatifs à l'industrie manufacturière et à la consommation privée soutiennent ce signal positif. En revanche, des signaux légèrement négatifs peuvent être observés dans le secteur de la construction.

Les signaux positifs dans le secteur manufacturier sont dus notamment aux indicateurs de l'industrie électrique, du secteur du bois, du verre, de la pierre et des terres et de l'industrie métallurgique. En revanche, les autres secteurs couverts par l'industrie manufacturière restent pratiquement inchangés par rapport au mois précédent.

Au sein de l'industrie manufacturière (fabrication et construction), les différents groupes d'indicateurs pointent dans des directions différentes. La contribution négative la plus forte est apportée par les indicateurs concernant l'évolution des carnets de commande, suivis par les indicateurs sur l'achat de produits intermédiaires et l'évaluation des stocks. D'autre part, les signaux positifs sont envoyés par des indicateurs évaluant la situation générale des entreprises et les perspectives d'emploi. L'évaluation des obstacles à l'activité de production apporte également une contribution positive, mais moins que le mois précédent.

A lire aussi...