La livre perd plus de 1% face à l’euro

AWP

1 minutes de lecture

Vers 12h30, la livre perdait 1,18% face à la devise européenne, tombant à 87,02 pence pour un euro.

La livre sterling baissait lourdement lundi face aux autres principales devises, et en particulier face à l’euro, dans un marché inquiet de l’issue des négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Vers 11H30 GMT (12H30 HEC), la livre perdait 1,18% face à la devise européenne, tombant à 87,02 pence pour un euro, un niveau plus observé depuis la mi-octobre et la conclusion d’un accord sur le Brexit.

Cette nouvelle baisse intervient après déjà plusieurs séances difficiles pour la livre, qui a perdu 2,77% face à l’euro et 1,08% face au dollar la semaine dernière.

Selon plusieurs analystes, le climat autour des négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Union, qui démarrent ce lundi, explique l’affaiblissement de la devise britannique.

«Les deux parties échangent des mots durs et il y a des divergences claires sur des points clés», a expliqué Neil Wilson.

Après la publication la semaine dernière des mandats de négociation des deux camps, qui ont affiché leurs lignes rouges confirmant des divergences profondes, toute la question est de savoir si un terrain d’entente est possible. D’autant plus que Boris Johnson a menacé la semaine dernière de claquer la porte dès l’été si les discussions s’enlisent.

En cas d’échec, c’est un «no deal» avec ses conséquences économiques brutales, pour le Royaume-Uni mais aussi pour le continent, qui s’imposera à la fin de la période de transition, le 31 décembre.

«Même si une absence d’accord serait préjudiciable pour le Royaume-Uni comme pour la zone euro, les investisseurs estiment que l’économie britannique serait davantage touchée», a souligné David Madden, analyste pour CMC Markets.

Le négociateur de l’UE, le Français Michel Barnier, et son homologue britannique, David Frost, se retrouvent en début d’après-midi pour un entretien d’une heure. Puis est prévu un premier round de pourparlers de leurs équipes, jusqu’à jeudi.

A lire aussi...