Fed: Powell s’inquiète des conséquences du virus chinois

AWP

1 minutes de lecture

Le président de la Fed a relevé qu’il fallait s’attendre à une perturbation de l’activité en Chine «et peut-être à l’échelle mondiale».

Le nouveau coronavirus en Chine est «un problème très grave» qui crée de l’incertitude pour les perspectives économiques mondiales, a souligné mercredi le président de la Banque centrale américaine.

Au cours d’une conférence de presse, Jerome Powell a souligné que la croissance de l’économie mondiale semblait se stabiliser tandis que certains risques ont diminué notamment depuis que la Chine et les Etats-Unis ont fait une pause dans leur guerre commerciale.

Pour autant, «des incertitudes demeurent incluant celles posées par le nouveau coronavirus», a-t-il souligné.

«C’est un problème très grave et je veux commencer par évoquer les souffrances humaines considérables que le virus provoque déjà», a-t-il ajouté.

Le président de la Fed a en outre relevé qu’il fallait s’attendre à une perturbation de l’activité en Chine «et peut-être à l’échelle mondiale» en raison des restrictions de voyage et des fermetures d’entreprises pour éviter la propagation du virus.

Il s’est toutefois refusé à spéculer sur l’ampleur de l’impact économique dans la mesure où l’épidémie en est à ses débuts.

«Bien entendu, nous surveillons très attentivement la situation», a-t-il ajouté, soulignant que la Fed allait en particulier être attentive aux «éventuelles ramifications aux Etats-Unis».

Près de 6.000 personnes ont été contaminées par ce virus en Chine, où 132 malades sont morts, selon le dernier bilan officiel.

L’an dernier, l’économie mondiale a enregistré la plus faible croissance depuis la récession mondiale, pâtissant des frictions commerciales entre les deux premières puissances mondiales qui ont eu pour effet de ralentir le volume des biens échangés.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une légère reprise cette année.

«Nous ne sommes pas du tout assurés d’un rebond mondial, mais il y a des signes et des raisons de l’attendre», a commenté Jerome Powell.

Toutefois le nouveau coronavirus pourrait changer la donne.

Il «est encore trop tôt pour dire quels seront les effets» de cette épidémie, a-t-il répété, mais «il y aura clairement des effets, au moins à court terme, en Chine et j’imagine dans certains de ses voisins les plus proches».