Capgemini porté par une rentabilité et des ventes solides en 2019

AWP

1 minutes de lecture

«Ces bons résultats démontrent la solidité du modèle économique de Capgemini et la valeur de nos choix stratégiques», s’est réjoui Paul Hermelin, le PDG de Capgemini.

L’entreprise informatique Capgemini, qui veut constituer un géant mondial du numérique et de la technologie en rachetant Altran, a vu augmenter son bénéfice net de 17% en 2019, porté par une bonne rentabilité et des ventes solides, notamment en Amérique du Nord, son premier marché.

Le bénéfice net s’établit à 856 millions d’euros, tandis que le chiffre d’affaires est en hausse de 7% à 14,13 milliards d’euros, a détaillé le groupe jeudi dans un communiqué.

«Ces bons résultats démontrent la solidité du modèle économique de Capgemini et la valeur de nos choix stratégiques», s’est réjoui Paul Hermelin, le PDG de Capgemini, lors d’une conférence téléphonique.

Le groupe reste dans l’attente des résultats de l’offre publique d’achat (OPA) amicale qu’il a relancée sur le capital du groupe de conseil en technologie Altran.

«Nous attendons le 19 mars prochain la décision du juge sur la conformité du visa donné par l’AMF», a expliqué M. Hermelin.

Capgemini avait annoncé en juin 2019 son intention de prendre le contrôle d’Altran, pour se positionner sur les futurs et énormes marchés de la numérisation de l’industrie.

L’OPA ne s’est toutefois pas déroulée comme prévu, avec une contestation d’actionnaires minoritaires d’Altran, menés par le fonds activiste américain Elliott, jugeant le prix offert (14 euros par action) trop faible. Capgemini avait revalorisé son offre à la dernière minute, à 14,50 euros.

Il avait annoncé fin janvier que 53,57% du capital d’Altran avaient été apportés à son OPA, qui a été rouverte jusqu’au 10 février. Le résultat de cette réouverture de l’offre est attendu vendredi, a précisé Capgemini.

Mais avant de prendre pleinement possession de ses parts, le groupe attend une décision de la cour d’appel de Paris sur la conformité du visa donné à l’OPA par l’Autorité des marchés financiers (AMF), qui doit intervenir le 19 mars.

Côté perspectives, le groupe anticipe pour l’exercice 2020 «une croissance d’environ 4% à taux de change constants de son chiffre d’affaires, une amélioration de la profitabilité avec une marge opérationnelle comprise entre 12,4% et 12,6%», a-t-il détaillé dans son communiqué.

Il vise également «un free cash-flow (flux de trésorerie, NDLR) organique d’environ 1,2 milliard d’euros».