Brexit: le Parlement européen va exhorter Londres à «revoir sa position»

AWP

1 minutes de lecture

Les Européens veulent reparler d’un point jugé crucial: les conditions de concurrence équitables.

Le Parlement européen va exhorter le Royaume-Uni à «revoir sa position de négociation» dans les pourparlers avec l’UE sur la relation post-Brexit, selon un projet de résolution obtenu mercredi par l’AFP.

Dans ces «recommandations», soumises à un vote en commission vendredi, puis à un autre en plénière le 17 juin, l’assemblée demande «instamment au gouvernement britannique de revoir d’urgence sa position de négociation» sur un point jugé crucial par les Européens: les conditions de concurrence équitables.

L’UE exige en effet que le Royaume-Uni lui apporte, dans la future relation, des garanties en matière fiscale, sociale, environnementale ou sur les aides d’Etats, pour ne pas voir surgir à sa porte une économie dérégulée.

Or, Londres refuse, selon les Européens, d’avancer sur ce sujet depuis le début des discussions en mars.

Le Royaume-Uni doit «s’engager de manière constructive (...) car il s’agit d’une condition nécessaire pour que le Parlement européen donne son approbation à un accord commercial», préviennent les élus dans leur texte, encore susceptible d’évoluer.

Les eurodéputés expriment aussi leur «profonde préoccupation quant à la portée limitée du futur partenariat envisagé par le gouvernement britannique», alors que l’UE souhaite négocier un accord très large avec les Britanniques.

«Cette approche sélective est un non-sens pour l’UE», estiment-ils.

Lors d’une intervention mercredi devant le Comité économique et social européen, le négociateur européen Michel Barnier a rappelé qu’il n’y aurait pas d’accord final «si nous ne parvenons pas à trouver un accord sur cette concurrence équitable».

Il a insisté pour que les Britanniques traduisent «juridiquement ce qui est écrit dans la Déclaration politique», un texte négocié l’an passé qui fixe le cadre de la future relation.

L’absence de progrès dans les discussions fragilise l’objectif d’un accord avant le 31 décembre, quand s’achèvera la transition pendant laquelle le Royaume-Uni, qui a quitté l’UE le 31 janvier, continue d’appliquer les règles européennes.

Une «Conférence de haut niveau» doit avoir lieu en juin entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, celui du Conseil européen Charles Michel, et le Premier ministre britannique Boris Johnson pour faire le point.

De sources concordantes, la date du 15 juin a été proposée par l’UE aux Britanniques, mais ces derniers n’ont pas encore répondu.

A lire aussi...