Wall Street termine en baisse

AWP

2 minutes de lecture

Le Nasdaq a cédé 0,37% à 7.825,30 points. Le Dow Jones Industrial Average a perdu 0,53% à 25.064,50 points après cinq séances consécutives de hausse. Le S&P 500 a reculé de 0,40% à 2.804,49 points.

La Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi dans un marché engrangeant quelques profits après plusieurs séances encourageantes et accueillant fraîchement les résultats de plusieurs entreprises phares.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,53% à 25.064,50 points après cinq séances consécutives de hausse.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, a cédé 0,37% à 7.825,30 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,40% à 2.804,49 points.

La séance a été marquée jeudi par le repli, après la diffusion de leurs résultats trimestriels, de l'émetteur de cartes de crédit American Express (-2,73%) et de l'assureur Travelers (-3,71%), deux membres du Dow Jones, ainsi que du producteur d'aluminium Alcoa (-13,34%) et du site de ventes en ligne eBay (-10,12%).

Leurs chiffres ont été reçus fraîchement par les investisseurs alors même que «dans son ensemble, le marché a fait bien mieux qu'attendu» depuis le début de la saison des résultats, a relevé Sam Stovall de CFRA.

Cette performance est à mettre au crédit selon lui de «la capacité des directions des entreprises à mieux aiguiller les attentes des analystes», des «importants programmes de rachats d'actions» et de «la bonne tenue de l'économie». «La grande question semble être de déterminer la solidité de la croissance au 2e trimestre, de savoir si le PIB va atteindre les 4%, voire même les dépasser», a-t-il noté.

Dans ce contexte, les grands indices de Wall Street «ont beaucoup progressé en peu de temps, les laissant vulnérables à un peu de prises de bénéfices», a estimé Patrick O'Hare de Briefing en soulignant que le Nasdaq avait déjà progressé de 4,6% depuis le début du mois, le Dow Jones de 3,8% et le S&P 500 de 3,6%.

Par ailleurs, «les investisseurs digèrent une nouvelle salve d'incertitudes sur le commerce mondial» alors que «le président Trump a réitéré (mercredi) ses menaces de taxes douanières de 20% à 25% sur les constructeurs automobiles européens si le bloc économique n'abaisse pas ses propres taxes douanières sur toute une série de produits américains», ont relevé les analystes de Wells Fargo.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a aussi prévenu jeudi que l'opposition massive aux taxes américaines sur les voitures n'empêchera pas les Etats-Unis de les imposer si elles sont considérées comme légitimes pour protéger la sécurité nationale.

Le marché obligataire se détendait: le rendement sur la dette américaine à 10 ans baissait vers 20H30 GMT à 2,833%, contre 2,869% mercredi à la clôture, et celui à 30 ans à 2,958%, contre 2,986% la veille.

Les indicateurs du jour étaient encourageants.

Sur le front de l'emploi, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis sont tombées au plus bas depuis décembre 1969 dans un nouveau signe de la bonne santé du marché du travail aux Etats-Unis.

La croissance de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a rebondi en juillet davantage que ne l'escomptaient les analystes, selon l'indice de l'antenne locale de la Réserve fédérale (Fed).

Parmi les autres valeurs du jour, le câblo-opérateur Comcast est monté de 2,56% après avoir renoncé à surenchérir sur les actifs de 21st Century Fox (-0,06%) également convoités par Walt Disney (+1,30%), qui a mis 71,3 milliards de dollars sur la table pour cette opération.

Le producteur canadien de cannabis Tilray, la première entreprise liée à ce marché à lever des fonds sur une place financière américaine, a pour sa part fait des débuts en fanfare en bondissant de 31,71% à 22,39 dollars.