Wall Street lestée à l’ouverture par l’avertissement d’Apple

AWP

1 minutes de lecture

Le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,31% à l'ouverture du marché. Le Nasdaq perdait 0,23% et le S&P 500 lâchait 0,22%.

La Bourse de New York reculait à l’ouverture mardi, au retour d’un week-end prolongé, alors qu’Apple est devenue la première entreprise majeure à prévenir que ses résultats allaient pâtir du coronavirus.

Vers 14h45 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,31%, à 29.308,14 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,23%, à 9.708,95 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, lâchait 0,22%, à 3.372,85 points.

Restant vigilante face à l’épidémie apparue en Chine tout en continuant à digérer des résultats d’entreprises de bonne tenue, Wall Street avait réalisé des gains substantiels sur l’ensemble de la semaine dernière, le Dow Jones s’appréciant de 1,0%, le Nasdaq de 2,2% et le S&P 500 de 1,6%.

Lundi, alors que la place new-yorkaise était fermée à l’occasion d’un jour férié, Apple a annoncé qu’il n’atteindrait pas ses objectifs de ventes ce trimestre à cause du nouveau coronavirus. Le groupe a dit souffrir des difficultés d’approvisionnement en iPhone, fabriqués en Chine, ainsi que de la baisse de la demande pour ses produits dans ce pays, où ses magasins sont fermés.

«Environ 130 entreprises du S&P 500 ont signalé que le coronavirus allait les affecter d’une façon ou d’une autre mais seulement 40 avaient jusqu’à présent abaissé leurs prévisions pour cette raison», remarque Phil Davis de PSW Investments. «Maintenant qu’Apple est l’une d’entre elles, cela prend une autre ampleur».

Illustrant les difficultés rencontrées par les entreprises étrangères, une enquête de la Chambre de commerce américaine de Shanghai a montré que les deux tiers de 109 entreprises américaines installées dans l’est de la Chine avaient certes repris une production manufacturière, mais que 78% d’entre elles n’avaient pas assez d’ouvriers pour faire tourner normalement leurs lignes de production.

«Le virus pourrait également toucher les revenus d’autres sociétés. Nous devons attendre pour voir comment cela se passe, en surveillant particulièrement le secteur des fabricants de puces», relève JJ Kinahan de TDAmeritrade. «Ce n’est pas encore le moment d’appuyer sur le bouton de panique», estime-t-il toutefois.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait, évoluant à 1,571% contre 1,585% vendredi à la clôture.