Bonds Europe: légère tension des taux sur fond de prises de profits

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne s’est légèrement tendu à -0,286%, contre -0,318% jeudi.

Les taux d’emprunt en zone euro se sont légèrement tendus vendredi, sous l’effet conjoint de prises de profits après la forte détente des derniers jours et d’indicateurs européens bien orientés, qui ont calmé les craintes d’un ralentissement de la croissance.

Nous assistons «un peu à une prise de profits après les mouvements très forts» d’achats observés ces derniers jours, a commenté auprès de l’AFP Arnaud-Guilhem Lamy, responsable des stratégies obligataires pour les fonds obligataires euros diversifiés chez BNP Paribas Asset Management.

«Nous avions eu un mouvement similaire (de prise de profits) mercredi» avant que la Fed ne rende son verdict, a-t-il rappelé.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a ouvert la porte mercredi à une possible baisse des taux d’intérêt pour soutenir l’économie face à la persistance des tensions commerciales et au ralentissement de la croissance mondiale, ce qui a alimenté la détente des rendements obligataires, qui avaient déjà chuté violemment mardi dans le sillage de propos accommodants de la Banque centrale européenne (BCE).

Son président, Mario Draghi, a indiqué que l’institution de Francfort pourrait recommencer à baisser ses taux d’intérêt après plus de trois ans de stagnation, propulsant les rendements français et allemands à dix ans à des plus bas historiques.

«En plus de cette petite prise de profits, les chiffres PMI pour la France, l’Allemagne et la zone euro» publiés ce vendredi sont ressortis au-dessus des attentes, en particulier en ce qui concerne le secteur manufacturier français, suscitant un petit regain d’appétit pour le risque, qui avait détourné les investisseurs des obligations.

La croissance du secteur privé a de nouveau accéléré en juin en France pour atteindre son plus haut niveau depuis sept mois, portée par une hausse des nouvelles commandes, selon un indice provisoire publié vendredi par le cabinet Markit.

«C’est plutôt positif pour la croissance en France» tandis que l’indice PMI allemand «se stabilise et ressort donc un petit peu meilleur qu’attendu», ce qui «donne un peu de grain à moudre à ceux qui avancent que la croissance n’est pas si mauvaise que cela», a souligné M. Lamy.

En zone euro en revanche, si la croissance de l’activité privée a progressé en juin, atteignant son niveau le plus haut en 7 mois, elle «est restée faible», selon Markit.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne s’est légèrement tendu à -0,286%, contre -0,318% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France est lui aussi monté, à 0,045% contre 0,014%, tout comme celui de l’Espagne, à 0,433% contre 0,400%.

Celui de l’Italie a, pour sa part, fini stable, à 2,146% contre 2,145%.

Le taux du Royaume-Uni s’est, de son côté, tendu, à 0,844% contre 0,806%.

Aux États-Unis, le rendement à 10 ans progressait modestement, à 2,057% contre 2,028% jeudi, comme celui à 30 ans, à 2,574% contre 2,540%. Celui à deux ans s’établissait à 1,786%, contre 1,777%.