Forte hausse du nombre de logements inoccupés en Suisse

AWP

1 minutes de lecture

La majeure partie des objets immobiliers vacants sont des appartements destinés à la location, un segment où le taux de vacance se situe à 2,51% en moyenne nationale.

Le nombre de logements inoccupés en Suisse se situe à un niveau inédit avec 72’294 unités vacantes recensées par Credit Suisse. La hausse de 8020 appartements vides est la plus importante en 20 ans. Sur les neuf dernières années, le total de logements vides a doublé, notamment en raison de la construction effrénée d’immobilier par des investisseurs désireux de maintenir des rendements attrayants en période de taux négatifs.

La majeure partie des objets immobiliers vacants sont des appartements destinés à la location, un segment où le taux de vacance se situe à 2,51% en moyenne nationale, contre 2,24% il y a un an, a indiqué jeudi Credit Suisse dans son «Moniteur immobilier».

Les taux de vacance sont particulièrement élevés dans le nord-est de la Suisse et au Tessin, tandis qu’ils sont stables dans les grandes agglomérations de Genève, Lausanne et Zurich. «Les régions excentrées et périphériques des petits et moyens centres sont généralement plus touchées par les vacances», ont précisé les auteurs de l’étude.

Dans le segment de la propriété, le taux de vacance est nettement plus faible, à 0,41% (contre 0,43% il y a un an) pour les maisons et à 0,94% (0,87%) pour les appartements. Dans ce dernier secteur, la progression de 1000 unités de logements vacants, couplée à une baisse de la production suggère «un recul marqué de la demande dans certaines régions», notamment en raison des prix élevés et des exigences en matière de financement.

Ces taux devraient continuer à progresser ces prochaines années, bien qu’à un rythme moins soutenu. «Un inversement de tendance vers une baisse des taux de vacance n’est cependant pas en vue. Le portefeuille de projets (de construction) est toujours rempli à ras bord et l’environnement économique continue de soutenir la demande pour des investissements immobiliers», a ajouté la banque aux deux voiles.

Les taux négatifs, qui sont à l’origine de ce boom immobilier, ne devraient pas disparaître de sitôt. Credit Suisse n’anticipe pas un retour à la normale avant 2020.

Hausse limitée des taux d’intérêt

Un avis partagé par le spécialiste immobilier Homegate.ch, qui a indiqué mercredi tabler sur une période prolongée de taux bas.

Les coûts restreints des hypothèques et la vigueur conjoncturelle devraient continuer à soutenir la demande et les prix devraient progresser de 2% à 3%. Les exigences en matières de fonds propres et de charge supportable limitent cependant l’accession à la propriété et du coup les futures hausses de prix.

Depuis leur plus bas à l’été 2016, les intérêts des hypothèques à taux fixe ont augmenté de 42 points de base (pb) selon les échéances, mais restent «à un niveau historiquement très faible».

Les spécialistes de Credit Suisse anticipent une poursuite de la stagnation pour les hypothèques indexées sur le taux Libor ces douze prochains mois, tandis que les intérêts des hypothèques à taux fixe à échéances moyennes et longues devraient augmenter de 20 à 50 pb.