Wisekey veut racheter jusqu’à 10% de son capital-actions

AWP

1 minutes de lecture

L’opération sera financée par les moyens actuellement à disposition du groupe et qui se montaient à 25 millions de dollars à fin mai. Le titre gagne 11%.

Le spécialiste de la cybersécurité Wisekey a posé le premier jalon d’un futur rachat d’actions. Le conseil d’administration du groupe genevo-zougois a approuvé le principe d’un programme n’excédant pas 10% du capital-actions et des droits de vote.

L’opération sera financée par les moyens à disposition de Wisekey et qui se montaient à 25 millions de dollars (presque autant en francs) à fin mai, précise mardi la société.

Les titres acquis seront voués à la destruction. La date de lancement du programme n’est pas encore fixée et dépendra de différents facteurs, notamment du cours et du volume d’échanges de l’action.

La décision de lancer un programme de rachat d’actions traduit la confiance du conseil d’administration dans le positionnement de marché, la performance financière et les perspectives de croissance de Wisekey, selon le communiqué.

Quelque 30 millions de titres Wisekey d’une valeur nominale de 5 centimes sont cotés à la Bourse suisse. L’annonce du jour leur donnait un coup de fouet. A 9h52, l’action prenait 11,4% à 2,45 francs. La hausse, de 25 centimes par rapport à la clôture de lundi, est cependant à relativiser.

La nominative Wisekey traverse une période difficile. Elle a atteint vendredi un plus bas historique à 2,12 francs, à des années-lumière du premier cours de 12 francs lors de l’introduction en Bourse, le 31 mars 2016. Le titre a perdu plus de 13% depuis le début de l’année, malgré un contexte boursier favorable (indice SPI: +21%).

L’action Wisekey cotée au Nasdaq ne connaît guère un meilleur sort, avec une perte de 6% depuis janvier à Wall Street contre +18% pour l’indice de référence.

En 2018, le groupe genevo-zougois a une nouvelle fois bouclé dans les chiffres rouges. La perte, réduite d’un tiers sur un an, s’est élevée à 16 millions de dollars. Les investissements dans la technologie, notamment l’internet des objets, ont plombé la performance.

Mardi à la Bourse de Zurich, l’action a fini en hausse de 11,4% à 2,45 francs, dans un SPI en hausse de 1,31%.