UniCredit taxera les dépôts bancaires au-delà d’un million d’euros

AWP

1 minutes de lecture

Le groupe italien avait évoqué dans un premier temps vouloir répercuter l’impact des taux négatifs sur les dépôts de plus de 100’000 euros.

UniCredit, premier groupe bancaire italien, a précisé lundi qu’il répercuterait l’impact des taux d’intérêt négatifs seulement sur les dépôts bancaires supérieurs à un million d’euros, après avoir évoqué dans un premier temps les dépôts de plus de 100’000 euros.

Le patron de la banque, Jean-Pierre Mustier, avait déclaré mercredi sur BFM Business que «de plus en plus, ces taux négatifs (allaient) être passés aux clients qui ont de gros dépôts», en précisant que le seuil de «liquidités importantes» se situait «au-delà de 100’000 euros de dépôt» bancaire. Le dirigeant français avait indiqué que la banque travaillait à une mise en oeuvre de cette mesure «dès l’an prochain».

Lundi, UniCredit a précisé que seraient en fait concernés seulement les dépôts supérieurs à un million d’euros.

«Pour nos clients avec plus d’un million d’euros de dépôt bancaire, qui représentent moins de 0,1% de notre base de clients, nous offrirons des investissements en fonds monétaires, avec l’objectif de rendements positifs, sans commission», a indiqué un porte-parole de la banque. «En ce qui concerne le solde du dépôt qu’ils décident de laisser sur le compte, pour la partie excédant le million d’euros, seront discutées avec les clients des mesures ad hoc (comme l’application de taux négatifs, NDLR) tenant compte des changements extraordinaires survenus dans le contexte macro-économique», a-t-il ajouté.

UniCredit a été le premier grand groupe bancaire européen à faire une telle annonce, mais en Allemagne, un pays d’épargnants où la baisse des rendements des placements suscite régulièrement la polémique, des établissements bancaires de plus petite taille ont déjà annoncé taxer leurs clientèles professionnelle et de particuliers.

Ces décisions sont présentées comme la conséquence de la politique de taux bas menée par la Banque centrale européenne (BCE). Lors de sa dernière réunion de politique monétaire de septembre, la BCE a décidé d’accroître de -0,40% à -0,50% le taux négatif appliqué aux dépôts fait à son guichet par les banques privées et excédant un certain niveau. Et elle a laissé la porte ouverte à d’autres baisses de taux.

Prenant conscience que cette situation va peser durablement sur leur rentabilité, les établissements bancaires européens envisagent de reporter cet effet sur leurs clients, certains l’effectuant déjà sur les grandes entreprises et institutions.