Temenos: le CEO table sur une reprise au second semestre

AWP

1 minutes de lecture

Selon Max Chuard, plusieurs projets ont été reportés par des banques en mars, mais pas annulés.

Les affaires du développeur genevois de logiciels bancaires Temenos seront impactées par la crise du coronavirus au deuxième trimestre, a déclaré le directeur général Max Chuard, après qu’en mars, plusieurs projets ont été reportés par des banques, mais pas annulés, a souligné le patron dans une interview à Finanz und Wirtschaft (en ligne mardi soir).

M. Chuard s’attend à une reprise des affaires au second semestre. Les affaires de Temenos sont prévisibles, a-t-il souligné: plus de la moitié du chiffre d’affaires, à savoir l’entretien et les affaires de souscription (Software as a Service SaaS) sont récurrents et «hautement profitables».

Cette année, ces chiffres d’affaires récurrents progresseront d’au moins 13% et les bénéfices afférents de «7% au moins», a encore déclaré M. Chuard, confirmant les prévisions présentées en avril dernier.

Quelques projets prévus au premier trimestre ont pu être réalisés au deuxième trimestre. L’issue de la négociation de contrats est difficile à prévoir dans l’environnement actuel, ce qui explique que Temenos n’ait pas défini d’objectifs pour la croissance des licences et ne fasse pas non plus de prévisions trimestrielles.

M. Chuard a rappelé que la base de coûts du groupe est flexible. Un «plan de solidarité» a été établi qui prévoit des réductions de salaires au niveau du management. L’effectif du groupe augmentera cette année, surtout dans le secteur de la recherche et du développement. Le patron veut que le groupe ressorte renforcé de la crise et soit prêt à faire face au retour de la demande.

Le directeur général de Temenos ne craint pas que les banques réduisent leurs investissements dans l’informatique. Lors de ses discussions avec des patrons de banque, il est au contraire question d’investissements. La pandémie a posé de gros problèmes à certains instituts qui ne pouvaient pas communiquer ou avaient de la peine à mettre sur pied le télétravail. Selon M. Chuard, les clients de Temenos n’ont pas eu ce genre de problèmes.

La situation de liquidités de Temenos est confortable, selon son patron. Au 1er trimestre le cash-flow opérationnel a même augmenté de 9%. Ce solide cash-flow doit permettre au groupe de finir l’année avec un degré d’endettement réduit à 2 de 2,6 par rapport à l’Ebitda.

Enfin, M. Chuard a relevé que Temenos s’intéresse toujours à des acquisitions. L’environnement actuel s’y prête. Mais l’entreprise restera disciplinée au niveau financier. Les cibles éventuelles doivent faire sens stratégiquement, comme par exemple l’américaine Kony rachetée en 2019.

A lire aussi...