Fitch abaisse la note de la banque italienne Carige

AWP

1 minutes de lecture

L’agence de notation estime que le placement sous administration temporaire par la BCE augmente les risques pour les créditeurs seniors.

L’agence de notation Fitch a abaissé jeudi la note à long terme de la banque italienne Carige, de «CCC+» à «CCC», en raison de ses difficultés.

Cette dégradation reflète le fait que «les créditeurs seniors de Carige font face à un risque accru de pertes maintenant que la banque a été placée sous administration temporaire» par la Banque centrale européenne (BCE), a expliqué Fitch dans un communiqué, estimant que ce placement représente «un risque plus élevé de nouvelle intervention du régulateur».

Carige, qui est la dixième banque italienne, a contesté dans un communiqué la décision de Fitch, en soulignant que cela témoignait d’«un manque de compréhension» de la part de l’agence sur ce qui s’était passé ces dernières semaines pour l’établissement.

Elle précise qu’elle se réserve le droit de demander aux autorités de vigilance d’étudier «tout comportement incorrect» éventuel de la part de Fitch.

La banque, basée à Gênes, rappelle que le gouvernement a décidé en sa faveur un ensemble de mesures de soutien parce qu’elle est considérée comme «solvable».

Elle note également que l’administration temporaire décidée le 2 janvier par la BCE vise à accélérer la cession de ses créances douteuses (des prêts risquant de ne jamais être remboursés), de renforcer son patrimoine et de favoriser une opération de fusion avec une autre banque, et que là aussi cela montre donc qu’elle en «condition de solvabilité».

Le 11 janvier, l’agence de notation Moody’s avait placé sous surveillance la note Caa3 de Carige, mais sans la baisser, attendant de voir comment allait évoluer sa situation.

Selon un décret-loi publié le 8 janvier, le gouvernement italien a accordé une garantie publique sur les nouvelles obligations émises par Carige jusqu’à un montant de 3 milliards d’euros et une aide à une éventuelle recapitalisation préventive, d’un montant maximal de 1 milliard.

La coalition populiste au pouvoir, composé du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et de la Ligue, n’exclut pas une nationalisation de Carige -- un revirement pour ces deux partis qui avaient critiqué avec virulence les mesures prises par les précédents gouvernements de centre gauche pour soutenir le système bancaire.

Le ministre de l’Economie Giovanni Tria a néanmoins répété que le gouvernement préférerait une solution du marché.

L’action Carige est suspendue depuis le 28 décembre à la Bourse de Milan. Son cours vaut seulement 0,0015 euro, après avoir perdu plus de 80% de sa valeur sur les trois derniers mois.

A lire aussi...