Barclays revient dans le vert au premier trimestre

AWP

1 minutes de lecture

Barclays indique avoir enregistré un bénéfice net de 1,04 milliard de livres au cours des trois premiers mois de l’année. Elle avait subi une perte de 764 millions de livres un an plus tôt,

La banque britannique Barclays a annoncé jeudi être largement repassée dans le vert au premier trimestre, malgré des performances en demi-teinte de sa banque d’investissement qui sont dans le viseur d’un investisseur activiste.

Barclays indique dans un communiqué avoir enregistré un bénéfice net de 1,04 milliard de livres (1,37 milliard de francs) au cours des trois premiers mois de l’année.

La banque avait subi une perte de 764 millions de livres un an plus tôt, ayant dû débourser 2 milliards de livres pour solder de coûteux litiges, dont une pénalité financière aux Etats-Unis autour de ses pratiques dans l’immobilier avant la crise financière.

L’absence de telles charges début 2019 lui a permis de dégager à nouveau de confortables bénéfices, malgré des résultats mitigés dans la banque d’investissement, qui a fait face à des conditions de marché «difficiles», selon la banque.

Le chiffre d’affaires et les bénéfices de cette branche ont fondu sur un an, en raison d’une moindre activité de ses clients, d’une faible volatilité et d’un recul des commissions perçues.

Jes Staley, directeur général de la banque, souligne toutefois que malgré ce recul, «nos activités sur les marchés ont fait mieux que nos concurrents américains en moyenne», notamment grâce aux produits obligataires et devises.

Les performances de la banque d’investissement sont particulièrement scrutées au moment où Barclays est sous la pression de l’investisseur Edward Bramson qui pousse justement à réduire la voilure dans cette activité très dépendante des marchés financiers et aux résultats plus erratiques que la banque de détail.

M. Bramson, propriétaire du fonds Sherbone et qui détient plus de 5% du capital de Barclays, entend désormais entrer au conseil d’administration de la banque afin d’en infléchir la stratégie.

Une résolution en ce sens sera soumise au vote lors de l’assemblée générale des actionnaires le 2 mai prochain, Barclays ayant déjà affiché sa forte opposition et accusant M. Bramson de vouloir déstabiliser le groupe.

Barclays est toutefois conscient des performances décevantes dans sa banque d’investissement, ce qui a conduit Jes Staley à reprendre récemment en main cette activité.

M. Staley a été le maître d’oeuvre de la vaste restructuration ces dernières années de Barclays, qui a réduit sa présence dans certains pays pour devenir une banque transatlantique, focalisée sur ses activités européennes, notamment britanniques, et américaines dans la banque de détail et d’investissement.

A lire aussi...