S&P Global obtient l’accès au marché chinois de la notation

AWP

1 minutes de lecture

La Banque centrale chinoise a indiqué que la filiale de S&P Global basée à Pékin a été enregistrée avec succès et est désormais autorisée à noter les obligations.

Les régulateurs bancaires chinois ont approuvé lundi l’enregistrement de l’entité chinoise de l’agence de notation S&P Global, donnant à l’entreprise américaine accès à son marché de la notation de crédit, en pleine guerre commerciale entre les deux pays.

La Banque centrale chinoise a indiqué que la filiale de S&P Global basée à Pékin a été enregistrée avec succès et est désormais autorisée à noter les obligations sur le marché obligataire interbancaire chinois.

«La prochaine étape sera, pour la Banque Centrale chinoise, d’autoriser d’autres agences étrangères de notations de crédit qui sont conformes à nos lois et ont une influence internationale à entrer sur le marché chinois», a indiqué la Banque dans un communiqué.

L’ouverture du secteur de la notation de crédit en Chine représente «une part importante» de la croissance régulière du marché financier chinois, a ajouté l’institution.

S&P Global fait son entrée sur le marché chinois au beau milieu d’une guerre commerciale entre Pékin et Washington qui effraie les marchés mondiaux.

Les deux premières puissances mondiales se sont livrées à une surenchère sur les droits de douane, qui ont pesé sur leurs échanges commerciaux à hauteur de plus de 360 milliards de dollars.

Les présidents Donald Trump et Xi Jinping sont parvenus à s’entendre sur une trêve de 90 jours, jusqu’au 1er mars, pour laisser une chance à la négociation.

Les négociateurs américains et chinois vont se retrouver cette semaine à Washington pour tenter de dessiner les contours d’un accord commercial.

Les Etats-Unis veulent obtenir de la Chine qu’elle change ses pratiques commerciales jugées déloyales, comme le transfert «forcé» de technologies et le «vol» de propriété intellectuelle, mais aussi qu’elle réduise le déficit commercial des Etats-Unis (plus de 375 milliards de dollars de biens en 2017), en ouvrant davantage son marché aux produits américains et en mettant fin aux subventions de ses entreprises.

La Chine s’est engagée fin 2017 à s’ouvrir davantage aux sociétés financières étrangères.

Depuis avril 2018, les sociétés étrangères peuvent solliciter une participation majoritaire dans des entreprises de gestion de titres et de fonds communs de placement, tandis qu’un projet de règles qui permettraient aux sociétés étrangères de détenir une participation majoritaire dans des sociétés d’assurance a été publié en mai.

Le géant suisse UBS AG est devenu la première banque étrangère à prendre le contrôle de sa coentreprise locale de valeurs mobilières en novembre. Le même mois, les assureurs allemands Allianz et le français Axa ont eu le feu vert pour détenir 100% de sociétés en Chine.