Un an de gestion quantamentale

Salima Barragan

2 minutes de lecture

«L’humain apporte du bon sens à la gestion quantitative», estime Julien Stouff, CEO de Stouff Capital.

Certains fonds alternatifs se tiennent prêts pour les Black Swans. C’est le cas du fonds de type Absolute Return de Stouff Capital qui s’est distingué lors de la baisse des marchés d’octobre à décembre 2018. Encore inédite en Europe, la gestion quantamentale marie les approches quantitative et humaine. Depuis son lancement le 1er octobre 2018, ce fonds (dont l’univers d’investissement est constitué par les actions mondiales) a surperformé les marchés d’actions globaux et les principaux indices Hedge Funds. Le point sur sa stratégie avec le fondateur et CEO, Julien Stouff.

Prendre le meilleur des deux mondes

«Le quantitatif ne gère pas tout seul l’argent», déclare d’emblée Julien Stouff. Les gestions quantitatives et de conviction ne sont pas antagonistes, mais complémentaires. «Sur la liste de 200 titres que notre algorithme identifie à l’achat (ou à la vente), l’analyste sélectionnera certains titres sur la base de ses propres convictions, des thématiques actuelles ou des évènements sur les profits. Nous donnons plus de poids à nos convictions quand l’humain est aligné avec le robot», explique-t-il. L’approche permet de supprimer le biais émotionnel du gérant fondamental tout en améliorant le côté réducteur des algorithmes capables d’analyser le passé (et des quantités astronomiques de données) mais non de vivre le présent et de se projeter dans l’avenir. «L’humain apporte du bon sens à la gestion quantitative», estime Julien Stouff. 

«Le portefeuille est convexe grâce à des couvertures systématiques
dont le poids augmente avec la résurgence de la volatilité.»

C’est par une réconciliation réussie des mondes quantitatif et fondamental que certains fonds américains de type quantamental comme Bridgewater ont gagné leurs lettres de noblesse. Mais c’est également l’un des aspects les plus délicats à gérer dans le travail quotidien. «Les aptitudes sont différentes, et cela demande une bonne dose d’humilité de la part des gérants fondamentaux qui se basent sur des titres proposés par un algorithme», relève Julien Stouff. 

Stratégie contre les chocs et les Black Swans

Depuis son lancement en octobre 2018, le fonds a largement surperformé les indices de Hedge Fund Equity et Quant qui ont stagné, souvent en territoire négatif. Sa stratégie n’a pas souffert de la forte baisse des marchés d’octobre à décembre 2018 grâce à une stratégie overlay d’achats d’options pour se protéger contre les événements rares: «Le portefeuille est convexe grâce à des couvertures systématiques dont le poids augmente avec la résurgence de la volatilité. Aussi, le fonds devient de moins en moins long si les marchés baissent». Cette stratégie a comme objectif une surperformance dans les environnements volatils et lors de krach boursiers. «Des mouvements politiques inattendus pourraient créer des séismes boursiers de -20%», poursuit le spécialiste.

Capturer les points d’inflexion

Après une décennie d’argent facile et de volatilité atone, un nouveau régime s’est mis en place en janvier 2018. Le fonds cherche à suivre les tendances, mais profite aussi des points d’inflexion macro-économiques pour affirmer des vues contrariantes. «Nous suivons les impulsions monétaires et fin mai, la relance du Quantitative Easing par Mario Draghi a été un signal fort d’achat. Plus récemment, l’Allemagne a échappé à la récession. Le marché va regarder les données économiques s’améliorer et la Fed ne devrait pas remonter ses taux vite», explique Julien Stouff qui s’attend à ce que l’indice S&P atteigne 3'200 points pour la fin de l’année et touche le seuil des 3'500 en 2020. Néanmoins il n’exclut pas un risque de bulle similaire à celle de 1998 et table sur un marché baissier d’une période de deux ans suivant les élections américaines en 2020: «L’expansion des P/E va mener les marchés avec un Fear of Missing Out (FOMO) des gérants qui achèteront au point haut. Et cette fin de cycle boursier coïncidera avec une abondance de liquidités sur les marchés.»

La poche longue se compose actuellement
essentiellement d’actions Value.
Positionnement de la matrice, le modèle d’allocation

Les positions vendeuses ou acheteuses sont équipondérées mais inclinées avec des biais factoriels. La poche longue se compose actuellement essentiellement d’actions Value: nous y retrouverons donc des valeurs financières ainsi que certains titres de la santé «nous avons renforcé cette thématique car la réforme sur le Medicare a amené des incertitudes», explique Julien Stouff. La poche short compte pour la grande partie de titres «Low Vol», chèrement valorisés et dont la sous-performance attendue est de -5% à -10%. Le fonds est également vendeur de titres défensifs comme la consommation courante dont les revenus décélèrent et des fournisseurs d’énergie devenus très chers. 

Afin de faire croître ses actifs sous gestion, Stouff Capital a signé en mai dernier un accord de distribution institutionnelle exclusif avec la Banque REYL