Regain de zèle de la pharma pour les M&A et pression sur les évaluation

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

Le développement rapide de l'oncologie, en particulier, présente des opportunités intéressantes.

Les étoiles s'alignent pour une nouvelle vague de fusions et acquisitions par les grandes entreprises pharmaceutiques en 2019. Trois annonces de transactions importantes déjà en janvier et une baisse par rapport aux évaluations très élevées de 2018 sont susceptibles d'accroître l'appétit des entreprises pour les fusions et acquisitions cette année. Les soldes de trésorerie encore élevés à la suite de la réforme fiscale américaine de 2018 viendront probablement appuyer cette tendance. Les entreprises considèrent également les fusions et acquisitions comme une mesure défensive contre la pression croissante sur les prix exercée par le gouvernement et les payeurs privés.

Le développement rapide de l'oncologie, en particulier, présente des opportunités intéressantes. Plusieurs entreprises ont récemment manifesté un fort appétit pour les acquisitions dans ce domaine et nous constatons un intérêt particulier de la part des grandes entreprises pharmaceutiques en général à y participer.

L'augmentation du coût de la R&D pharmaceutique et l'engorgement du secteur de la recherche sur les médicaments augmentent l'attrait des actifs à un stade avancé de développement moins risqué. Les petites sociétés pharmaceutiques en phase de démarrage ont besoin de l'infrastructure des grandes sociétés pharmaceutiques pour tirer pleinement parti de leurs succès sur le plan commercial.

Certaines transactions pourraient entraîner des déclassements. Bien que cela varie d'une société à l'autre, la plupart des acteurs peuvent absorber des acquisitions de taille moyenne dans le cadre de la notation actuelle, mais des opérations financées par la dette plus importantes entraîneraient probablement des déclassements de notation. Les politiques financières de l'industrie sont devenues de plus en plus agressives au fil du temps, avec une plus grande volonté de tirer parti du bilan et de sacrifier les cotes élevées pour les fusions et acquisitions, ce qui laisse entrevoir une pression à la baisse sur les cotes des sociétés pharmaceutiques en 2019.