Fin du Too Big To Fail: différents voyages et différentes destinations

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

S&P constate une variation marquée dans les progrès réalisés lorsqu'il s'agit de traiter avec une banque systémique en faillite.

L'engagement du G20 en faveur d'une réforme fondamentale du système financier mondial lors de son sommet de Washington en 2008 a engendré une refonte majeure du paysage réglementaire, a déclaré S&P Global Ratings dans son rapport «Ending Too Big To Fail: Different Journeys, Different Destinations», publié aujourd'hui (voir ci-dessous).

Points clés
  • Dans l'ensemble du G20 et au-delà, les régulateurs et les décideurs politiques se sont unis à la suite de la crise financière mondiale dans leur désir de s'attaquer aux banques «trop grandes pour faire faillite».
  • Bien que nous observions une mise en œuvre générale, quoique non uniforme, d'exigences plus rigoureuses en matière de fonds propres, de financement et de liquidités, nous constatons une variation marquée dans les progrès réalisés lorsqu'il s'agit de traiter avec une banque systémique en faillite. 
  • Nous noua attentons à ce que l'Europe et les États-Unis achèvent la transition d’un système de renflouement externe à un système de renflouement interne et, de ce fait, les banques systémiques seront en mesure d'offrir des solutions substantielles. 
  • Tandis que d'autres pays du G20 font des progrès législatifs qui amélioreront leurs outils de réglementation, nous considérons que leurs décideurs sont prudents quant à l'élimination de la possibilité d'un soutien gouvernemental extraordinaire et conscients du coût de l'augmentation des exigences réglementaires pour les banques.