Zone euro: la croissance du secteur privé accélère malgré le coronavirus

AWP

1 minutes de lecture

L’indice mensuel s’affiche à 51,6 en février, en hausse par rapport à 51,3 en janvier.

La croissance de l’activité privée en zone euro a accéléré légèrement en février, et même atteint un pic de six mois malgré l’épidémie de coronavirus, selon une première estimation de l’indice PMI composite publiée vendredi par le cabinet Markit.

L’indice mensuel s’affiche à 51,6 en février, en hausse par rapport à 51,3 en janvier, a précisé le cabinet dans un communiqué.

«Le regain de croissance amorcé en janvier s’est poursuivi, malgré les diverses perturbations provoquées par l’épidémie de coronavirus, notamment sur les chaînes d’approvisionnement et sur l’activité des voyagistes et du secteur touristique», note Chris Williamson, chef économiste de Markit, pour lequel cette tendance «préfigure une hausse trimestrielle du PIB d’environ 0,2%».

«Si les données de février permettent de tempérer les craintes d’un ralentissement économique lié à la maladie Covid-19, il est encore trop tôt pour mesurer l’impact réel de l’épidémie sur l’économie de la zone euro», prévient-il toutefois.

Dans le sillage de nombreux retards de livraisons en février et en l’absence d’amélioration des flux d’approvisionnement, il existe en effet un risque selon lui que la crise affecte plus sévèrement dès mars «les chaînes de distribution, les transports de personnes, le secteur du tourisme et le niveau de la demande».

Cette croissance «modeste» de l’activité est tirée par les services (52,8 contre 52,5 en janvier), le secteur industriel restant à la traîne même s’il continue à montrer quelques signes de progression après la forte contraction observée en 2019.

A lire aussi...