Royaume-Uni: test de résistance climatique pour les banques

AWP

1 minutes de lecture

«Le test de résistance révélera la capacité du système financier britannique à supporter les risques provoqués par le changement climatique», indique la BoE.

La Banque d’Angleterre va lancer un «test de résistance» au changement climatique pour le système financier britannique, annonce jeudi Mark Carney, le gouverneur de l’institution.

«Le test de résistance révélera la capacité du système financier britannique à supporter les risques provoqués par le changement climatique comme la hausse de la fréquence des événements météorologiques et la transition vers une économie neutre en carbone», explique le patron de la Banque d’Angleterre (BoE), selon le texte d’un discours publié par l’institution.

La méthodologie de ce test, prévu pour 2021, sera élaborée à l’automne, selon M. Carney, qui s’exprimera lors d’un dîner jeudi devant des représentants de la City de Londres.

«A partir de l’année prochaine, la banque sera la première banque centrale à adopter les recommandations du TCFD (groupe de travail du G20 qui a travaillé sur la prise en compte du risque climatique par les entreprises) à travers l’ensemble de nos opérations», a-t-il mis en avant, ajoutant que l’institution prévoit de réduire son empreinte carbone de deux tiers d’ici à 2030.

Mi-avril, Mark Carney avait signé avec d’autres responsables de banques centrales une tribune expliquant que l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 «demande une réallocation massive des capitaux».

Dans son discours, le gouverneur revient par ailleurs sur la future cryptomonnaie de Facebook, la Libra, confirmant qu’elle devra répondre à des normes strictes en termes de régulation et de protection des consommateurs.

Mais Mark Carney en a profité pour faire un geste envers les jeunes sociétés financières, les «fintech», notamment celles spécialisées dans les paiements, en leur ouvrant le bilan de la BoE pour la première fois.

Ces sociétés auront la possibilité de placer leurs liquidités auprès de la banque centrale, ce qui était jusqu’à présent réservé aux banques. Pour la BoE, il s’agit d’encourager la concurrence, de mieux encadrer ces jeunes sociétés et de leur permettre de renforcer leur assise financière.